Boko Haram, vers un nouveau Califat Islamique ?

Lors des dernières semaines les insurgés islamistes de Boko Haram ont lancé plusieurs offensives sur des villes nigérianes le long de la frontière camerounaise, et sont se sont emparés de Bama, la seconde plus grande ville de la région. Elle est située dans l’Etat de Borno, au nord-est du pays. Dans toutes les villes occupées, une application stricte de la Charia a été imposée aux populations n’ayant pas fui les violences.

 

 

Boko Haram second califat

 

Boko Haram a réussi à occuper des villes situées au Nord et au Sud de la capitale de l’Etat, Maiduguri, des mouvements qui ne laissent pas de doute quand à leur prochain objectif. Le groupe se trouve maintenant à moins de 70 km de cette dernière. Ils auraient également, lors de leurs manœuvres, détruit un grand nombre de ponts afin d’isoler la ville et de limiter la mobilité de l’armée nigériane.

La conquête de territoires atteste d’un changement de stratégie de la part du groupe, qui jusqu’à récemment se contentait de tactiques de guérilla et de raids sporadiques. Cela intervient peu de temps après que le leader du groupe, Abubakar Shekau, ait déclaré vouloir placer l’Etat sous le règne du Califat Islamique.

Le groupe extrémiste, créé en 2009, a toujours revendiqué la création d’un État islamique strict dans la région. Il s’appuie désormais sur l’exemple du Califat Islamique, autre groupe non étatique violent, qui exerce également une sorte de souveraineté non internationalement reconnue sur des territoires situés entre la Syrie et l’Irak.

L’armée nigériane présente dans la région est minée par un mauvais moral, un équipement défaillant, et un grand nombre de désertions – un bataillon entier à fui au Cameroun il y a un mois. Elle a aujourd’hui peu de chances de regagner du terrain. Si l’avancée de Boko Haram se prolonge, les problèmes humanitaires dans la région risquent de s’aggraver. L’ONU estime que près de 9000 réfugiés ont déjà traversé la frontière pour se rendre au Cameroun, ainsi que 2000 au Niger.

Laisser un commentaire

*