Devant l’ampleur de l’épidémie d’Ebola, un vaccin devient crucial

Ebola ne connaît pas les frontières. Après avoir atteint la Guinée, le Sierra Leone le Liberia et le Nigeria, un nouveau cas a été détecté mardi 30 septembre à Dallas, au Texas. Le malade avait pris l’avion quelques jours auparavant – avec une escale par Bruxelles – sans présenter de symptômes de l’infection.

 

4499733_3_5613_un-homme-presentant-des-symptomes-du-virus_e3ab7b8eaace12a18da2a95983ea10e5

 

C’est maintenant un caméraman travaillant pour la chaine de télévision américaine NBC qui a contracté le virus. Il se trouvait à Moravia, capitale du Liberia, où il servait d’assistant à la correspondante et spécialiste des questions de santé de NBC, le Dr. Nancy Snyderman. Il va être rapatrié d’urgence aux Etats-Unis pour y être pris en charge.

Près d’un an après l’apparition d’une nouvelle souche de la fièvre hémorragique, elle a tué 3 338 sur 7 178 cas, dont plus de la moitié au Liberia (chiffres de l’Organisation mondiale de la santé mercredi 1er octobre).

L’aide internationale, qui est encore aujourd’hui principalement économique, est quand à elle inadaptée d’après MSF. En effet, la crise est clairement logistique : l’organisation vient de refuser une offre de financement de l’Australie, lui demandant de déployer des équipes médicales. Selon l’OMS, il manquerait encore près de 1 500 lits au Liberia par rapport au nombre de personnes infectées – environs 450 en Sierra Leone.

Mais le pays le plus touché reste le Liberia. La présidente libérienne, Ellen Johnson Sirleaf, a annoncé, vendredi 3 octobre, que des cas s’était déclarés dans « l’ensemble des 15 provinces ».

Au vu de ces dernières contaminations, le développement d’un vaccin pour contrer le virus est crucial. A ce propos, la délégation d’experts ayant pris part à un audit de la situation s’est prononcé, et a appelé à « aller le plus vite possible sans compromettre la sécurité et les exigences éthiques. »Plusieurs essais seraient en cours, et la communauté scientifique est d’avis qu’une premier traitement pourrait être prêt pour des tests début 2015.

Laisser un commentaire

*