Ukraine : écrasante victoire des partis pro-occidentaux

Les élections législatives anticipées ukrainiennes doivent permettre au pays de renouveler la Rada – son parlement, dissous le 25 août dernier. Les députés sortants avaient été élus en 2012 alors que le président Viktor Ianoukovitch était encore au pouvoir. Les premiers sondages de sortie des urnes donnent les partis pro-occidentaux largement en tête.

 

831207-petro-porochenko-seul-oligarque-ukrainien

 

Dimanche 26 octobre, le scrutin a pu se dérouler dans le calme, et la coalition pro-européenne semble bien partie pour afficher une sérieuse avance. Selon les premières estimations, la liste du président Petro Porochenko recueillerait 23 % des voix. Celle du premier ministre, Arsenii Iatseniouk, suit de près avec 21 % des voix – et il apparaît que c’est le tandem que les électeurs ont voulu soutenir plutôt que l’un ou l’autre des candidats. Ce vote consacre le président Petro Porochenko dans son poste de président démocratiquement élu, et lui permet de prendre la tête d’une majorité solide.

Ces élections consacrent également un profond renouvellement de la scène politique ukrainienne. Le Parlement sortant, élu en 2012, était totalement déconnecté du paysage politique issu de la révolution : il avait même voté les lois liberticides du 16 janvier, censées étouffer la contestation contre le président Ianoukovitch.

La coalition gouvernante va se constituer, et Porochenko pourra sans doute compter sur le ralliement d’une centaine de députés indépendants – beaucoup sont des activistes de Maïdan – pour constituer un majorité la plus large possible. La participation à ce scrutin est toutefois assez faible (52 %).

Autre ombre au tableau, la péninsule de Crimée n’a pas participé à ces élections. Par un référendum controversé, elle a, au printemps dernier, rejoint la Russie. Les régions de Donetsk et de Lougansk, à l’est du pays, sous contrôle de milices prorusses, les élections n’ont pu s’y tenir. Les sièges qui leurs sont rattachés ne pourront donc pas être pourvus pour l’heure. On estime que sur 36 millions d‘électeurs, près de 5 n’ont pas pu voter.

Laisser un commentaire

*