Les républicains auraient tort de se réjouir trop vite

David Lauter spécialiste politique du Los Angeles Times met en garde les Républicains au lendemain de leur victoire au Congrès lors des élections de mi-mandat. Il souligne l’impopularité historique du Grand Old Party, et le besoin de renouveau s’ils veulent une chance de remporter la présidentielle à venir.

 

141009072844-gop-wall-street-620xa

 

Aucune victoire n’est une fin en soi. Aussi, l’impopularité d’Obama et la faible mobilisation de son électorat a permis au paris républicain d’obtenir la majorité dans les deux organes du Congrès, mais les obstacles à une victoire républicaine à l’élection présidentielle restent considérables.

Une majorité des victoires « rouges » ont en effet eu lieu dans des Etats du sud et de l’ouest du pays, traditionnellement conservateurs. De plus le parti s’adresse très largement à des électeurs blancs de classes supérieures, une groupe démographique en déclin aux Etats-Unis.

Les républicains peinent à renouveler leur image et obtenir le soutien des groupes démographiques qui ne lui sont pas d’avance dévolus. Ayant fait campane sur l’échec Obama, sans faire évoluer leurs idées, les républicains n’ont fait que renforcer le sentiment qu’aucun parti n’a de remède aux maux dont souffre la nation.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire la tribune du 6 Novembre publiée au Courrier international en suivant ce lien :

http://www.courrierinternational.com/article/2014/11/06/les-republicains-auraient-tort-de-se-rejouir-trop-vite

Laisser un commentaire

*