La Corée du Nord a libère les deux derniers détenus américains

Les deux derniers prisonniers américains en Corée du Nord, libérés au cours d’une mission secrète sans précédent à Pyongyang sont arrivés samedi soir aux Etats-Unis.

 

4520735_3_5de0_les-etats-unis-ont-annonce-samedi-8-novembre_14e8e658f834db69475bab9cfe8a86a4

 

Kenneth Bae et de Matthew Todd Miller ont atterri vers samedi soir sur la base militaire Lewis-McChord, dans l’Etat de Washington. Ils ont pu être accueillis par leurs proches, après avoir passé respectivement deux ans et sept mois en détention en Corée du Nord. Le président américain Barack Obama, qui est attendu à Pékin dans les heures qui viennent, a salué « un jour merveilleux pour eux et pour leur famille. »

Kenneth Bae, est un missionnaire évangéliste d’origine sud-coréenne. Il avait été condamné à quinze ans de travaux forcés pour un « complot visant à renverser le gouvernement de Pyongyang » en mai 2013. Matthew Todd Miller, touriste en voyage dans le pays, devait être incarcéré durant six années pour s’être livré, selon la justice nord-coréenne, à des « actes hostiles » envers la Corée du Nord. Il avait déchiré son visa et demandé l’asile auprès du régime communiste, mais le régime le suspectait d’être un espion.

C’est le directeur du renseignement national américain (DNI) James Clapper qui s’est rendu en Corée du Nord comme «l’émissaire personnel» du président américain, fait étonnant comme les Etats-Unis et la Corée du Nord n’entretiennent plus de relations diplomatiques depuis des années.

Ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis envoient un émissaire en Corée du Nord après des arrestations d’un de leurs ressortissants. Les anciens présidents Bill Clinton et Jimmy Carter s’y sont par exemple rendus lors de missions humanitaires. Mais la visite de M. Clapper est la première d’un très haut responsable du renseignement américain en fonction. Interrogé par CNN, l’ancien ambassadeur américain en Corée du Sud Christopher Hill a vu dans ces remises en liberté un «geste significatif» de Pyongyang «semble-t-il sans conditions».

 

Laisser un commentaire

*