Israël : deux morts lors d’attaques aux couteaux

Deux attaques quasi simultanés ont coûté la vie à une jeune femme et un soldat israélien, alors qu’un des deux agresseurs, un Palestinien de 30 ans est entre la vie est la mort.

 

article-ff98eb78-38b7-4ece-8146-bd5398f9f576-6TzA3rAYZHSK2-583_634x422

 

Depuis quatre mois, la tension monte entre Israël, les israéliens arabes et les palestiniens des territoires occupés. Le rapt et le meurtre de trois étudiants juifs, le 12 juin, suivis de celui d’un adolescent palestinien enlevé à Jérusalem-Est, ont créé un climat explosif, envenimé par la guerre à Gaza. Aujourd’hui, la classe politique et les médias israéliens se demandent, depuis plusieurs semaines, s’ils sont confrontés aux signes avant-coureurs d’une nouvelle intifada.

Désormais, presque tous les soirs, comme un ballet bien réglé, Jérusalem est le théâtre de violents heurts entre les forces de l’ordre et des groupes de jeunes palestiniens, venus protester contre la colonisation des quartiers est de la ville ou la fermeture de l’esplanade des mosquées. Dernièrement, deux attaques à la voiture bélier ont fait quatre morts et de nombreux blessés, un influent représentant de l’extrême droite israélienne a été pris pour cible, et sa vie serait encore menacée.

Israël a été a nouveau frappé, lundi 10 novembre. En fin de matinée, c’est à Tel-Aviv qu’un jeune homme de 17 ans a agressé un soldat israélien près de la gare d’Halanah. Le soldat, âgé de 20 ans, a succombé à ses blessures dans la soirée. L’agresseur a quant à lui été arrêté au terme d’une course poursuite. Quelques heures après une Israélienne de 25 ans a été tuée à coups de couteau en Cisjordanie occupée. Son agresseur a également blessé deux autres personnes avant d’être grièvement blessé par un garde.

Ce week-end, les tensions se sont également propagées à plusieurs villages arabes du nord d’Israël. À Kafr Kanna, vingt-quatre personnes ont été interpellées après avoir participé aux heurts qui ont suivi la mort d’un arabe israélien abattu de sang froid par la police.

 

Laisser un commentaire

*