APEC : pari gagnant pour la Chine

Forum de coopération Asie-Pacifique (APEC) est un forum économique titanesque, qui à lui seul regroupe 21 chefs d’Etat, plus de 50% de l’économie mondiale, la moitié commerce mondial, et 2.5 milliards d’habitants.

 

1110_apec_970-630x420

 

Lors de ce forum, tout était sous un étroit contrôle, jusqu’à la qualité de l’air. Des mesures draconiennes ont été prises : le trafic automobile a été limité, plus de 2.000 usines aux alentours de la ville ont interrompu leur activité, tous les chantiers ont étés suspendus. On a même interdit les feux de bois, les barbecues et les incinérations funéraires.

Un objectif pour la Chine était de redéfinir son image géostratégique. En effet un nombre croissant de ses voisins, s’inquiète de sa puissance militaire croissante et de son agressivité nouvelle concernant les litiges territoriaux. Pékin s’est employée à adoucir son image, avec notamment un rapprochement avec le Japon – il faut rappeler que les pays avaient mis un terme à leurs relations diplomatiques en 2012.

La République populaire cherchait également à s’affirmer comme le centre du bassin croissance. A cette fin, elle avait établi un accord de libre-échange avec la Corée du Sud – autre acteur majeur de la région, et ancien ennemi de la Chine – avant le début du forum. Souhaitant utiliser l’APEC pour se poser en rassembleur de toute la région, elle s’est présentée en nouveau moteur.
Les 21 Etats membres ont réaffirmé leur engagement en faveur du projet de libre-échange promu par Pékin.

Celle-ci vient faire concurrence au projet des Etats-Unis d’un partenariat transPacifique (TPP) ne regroupant que 12 pays – et excluant la Chine. La veille, le président Obama avait appelé les pays participant aux négociations du TPP à conclure au plus vite un accord « potentiellement historique ». Le but est clair : créer le TPP sans la Chine, quitte, éventuellement, à lui permettre, ensuite, de le rejoindre, en se pliant aux conditions définies par d’autres.

 

Laisser un commentaire

*