La ville de Ferguson risque de s’enflammer à nouveau avec la décision du grand jury

Le grand jury de Ferguson doit se réunir lundi 24 novembre, 108 jours après le décès de Mike Brown. En réaction à sa mort, des émeutes raciales avaient enflammé la ville.

 

140818-ferguson-grand-jury-main-2p_fabcd7a4243ac8de2d58b4a3fc071977

 

Fergusson est en branle-bas de combat. Les vacances de novembre ont été avancées, et les écoles sont fermées dimanche et lundi. Le gouverneur a décrété l’état d’urgence, le FBI a envoyé une centaine d’agents, et les organisations de droits civiques ont dépêché des avocats, à la disposition d’éventuels manifestants interpellés. La petite ville de la banlieue de Saint-Louis, aux États-Unis, est suspendue à la décision du grand jury sur le policier qui a tué Michael Brown.

Le jeune noir de 18 ans avait été abattu au mois d’août par le policier Darren Wilson, alors qu’il ne portait pas d’arme. Le policier affirme avoir agi en état de légitime défense après une empoignade avec Michael Brown. Mais des témoins ont déclaré que le jeune homme avait les mains en l’air lorsqu’il a été tué.

Le Grand Jury devrait rendre sa décision avant la fin du mois de novembre. S’il décide d’inculper le policier, celui-ci pourra être jugé par la suite. Cependant, nombre d’habitants de la ville s’attendent à ce que le policier ne soit pas poursuivi. La population attend avec un impatience à peine contenue cette décision, après bien des méandres dans la procédure. Le Jury a commencé ses travaux le 20 août et devait rendre ses délibérations à la mi-octobre.

Le lendemain, Jamilah Nasheed, une sénatrice de l’Etat, qui s’est rendue sur place pour soutenir les manifestants dès les premières heures, avait rendu publique une pétition demandant le dessaisissement du procureur du comté, Robert McCulloch, fils d’un policier tué par des Afro-Américains. Le texte mettait en cause des décisions passées, jugées trop favorables à des policiers responsables de coups de feu mortels. Le gouverneur de l’Etat y a opposé une fin de non-recevoir.

A la veille du jugement, les appels à la retenue se sont multipliés, comme celui du père de la victime. Mike Brown sénior, qui s’est adressé aux jeunes de Ferguson, vendredi, dans un message vidéo sur internet. « Quelle que soit la décision du grand jury, je ne veux pas que mon fils soit mort pour rien. Je souhaite que sa mort mène à de réels changements. Des changements pacifiques. » De violentes émeutes ont déjà secoué la ville, et les autorités ont du déployer l’armée pour maintenir l’ordre.

Pour ne rien arranger, samedi 22 novembre, à Cleveland, dans l’Etat de l’Ohio, un agent de police a tué un enfant de 12 ans, craignant que celui-ci ne soit en possession d’une arme létale. Deux policiers sont intervenus après des signalements téléphoniques au sujet d’une personne prenant en joue des passants. Le pistolet qu’il tenait était en fait un faux, mais Tamir Rice à refusé d’obéir aux ordres des agents. Au lieu de lever les mains en l’air comme on lui demandait, l’enfant les avait abaissées pour prendre son pistolet.

Laisser un commentaire

*