La Syrie et l’Irak comptent leurs morts

La Syrie et l’Irak comptent leurs morts

L’année 2014 aura été meurtrière au Proche-Orient. 90 000 morts ont été recensés dans les deux pays directement confrontés à l’émergence de Daech. La Syrie où la guerre fait rage et où les exactions des islamistes sont les plus nombreuses est la principale victime de ce déchaînement de violence.

Depuis 2011, la Syrie est en proie à la guerre. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), le conflit a fait 200 000 victimes, dont 76 000 rien que pour l’année 2014. Parmi elles, 18 000 seraient des civils, dont 3 500 enfants. L’horreur de la guerre est montée d’un cran en 2014 après une année 2013 déjà particulièrement meurtrière (73 000 victimes). La Syrie est un pays martyr, et son voisin irakien connaît malheureusement le même sort à une plus petite échelle.

Le gouvernement irakien estime que 15 000 de ses ressortissants ont été tués au cours de l’année écoulée. Un lourd bilan qui fait de 2014 l’année la plus meurtrière depuis 2007. Après s’être enfoncé dans plusieurs régions du pays, Daech a été stoppé par la résistance kurde, aidée par l’armée irakienne et la coalition internationale. Le décompte des morts aurait même pu être plus grand encore sans cette résistance. Reste qu’il est difficile de savoir avec précision combien de civils ont fait les frais des actes terroristes de Daech. Il est possible que lors de la reconquête des régions contrôlées par le groupe islamiste, des charniers soient découverts.

Les autorités irakiennes comptent 22 000 blessés dans les attentats et autres actions menées par Daech. Selon l’OSDH 17 000 djihadistes auraient trouvé la mort. Une majorité d’entre eux ne seraient ni Syriens ni Irakiens. Le Proche-Orient n’a pas fini sa longue descente vers les abimes et seule une action forte et soutenue des pays alliés pourra circonscrire un réseau qui a une nouvelle fois prouvé sa capacité de destruction.

 

 

 

Laisser un commentaire

*