Télécoms : les opérateurs ne peuvent plus que proposer du fixe et du mobile

Télécoms : les opérateurs ne peuvent plus que proposer du fixe et du mobile

On l’a bien vu avec le rachat de SFR par Numericable en 2014, mais également avec le rachat par Telenet de l’opérateur belge Base récemment ou encore avec l’intérêt que porte British Telecom à l’opérateur mobile O2 aujourd’hui : le secteur de la téléphonie est en pleine ébullition, en plein changement. Et si ce sont des entreprises différentes qui s’intéressent à des fusions-acquisitions un peu partout dans le monde, en réalité il y a un fil conducteur très clair dans ces mouvements : la consolidation et la convergence du fixe et du mobile.

La téléphonie devient un tout

Avant il y avait deux types de téléphonie : la téléphonie fixe (avec l’arrivée d’internet par la suite) et la téléphonie mobile. Une différence fondamentale qui a tenu jusqu’au moment où l’Internet mobile a fait son apparition. Car jusqu’à ce moment-là, c’était simple : la ligne fixe de la maison servait à aller sur Internet, la ligne mobile à téléphoner quand on n’était pas à la maison.

Aujourd’hui, avec la 3G et la 4G (et bientôt la 5G), cette distinction n’a plus lieu d’être : on va presque autant sur Internet avec son mobile qu’avec son ordinateur et dans quelques années ce rapport de force se sera inversé. La téléphonie devient un tout. Le mobile et le fixe, deux faces d’une même médaille. Un groupe ne peut plus se permettre de laisser l’une ou l’autre de ces faces à l’abandon pour en favoriser une autre.

La situation particulière de la France

En France, le secteur est encore plus sujet à des turbulences depuis 2012 lorsque Free, initialement opérateur dans le fixe, lance son forfait mobile à 2 euros. Face à une telle concurrence, les opérateurs n’ont pu faire autre chose que de brader leurs prix de forfaits mobiles : entre 2012 et 2013 les prix ont chuté de 7,2 % dans le mobile et de 19 % dans le fixe selon l’Arcep. Une bonne nouvelle pour les consommateurs, certes, mais pas pour les opérateurs qui ont vu leurs marges et leurs bénéfices fondre comme neige au soleil.

Face à ce problème financier, les opérateurs n’ont d’autre choix que de proposer toujours plus sans augmenter trop les prix… et ça leur coûte cher. Du coup, ils sont en crise ; une crise qui est propice aux fusions. Et c’est ainsi que 2 ans après l’arrivée de Free Mobile en France le groupe Vivendi décide de céder SFR à Numericable pour environ 15 milliards d’euros.

Fusion SFR Numericable : la logique de la convergence

Dans cette fusion complétée en 2014, la logique est toujours celle de la convergence entre le fixe et le mobile : d’un côté Numericable, leader de la fibre optique en France mais peu présent sur le mobile, de l’autre SFR, très fort dans le mobile, moins dans le fixe. Les deux entités se complètent et montrent ce que sera le futur des groupes de télécoms en Europe ; et probablement dans le monde.

Les infrastructures mobile et fixe se complètent justement car l’Internet mobile se développe de plus en plus. Les opérateurs peuvent donc proposer des services uniques aux clients qui bénéficient à la fois de leur offre fixe et mobile, services qu’ils ne pouvaient pas proposer avant. Au final, un foyer qui a deux opérateurs différents pour le fixe et le mobile risque de se retrouver perdant… et quitter l’un ou l’autre pour compléter son offre.

En France, SFR/Numericable l’a bien compris, de même qu’Orange qui propose à la fois des abonnements fixes et mobiles (mais Orange vit beaucoup sur son statut d’opérateur historique). Free reste à part jouant essentiellement sur le prix de son forfait mobile pour conquérir des abonnés mais ne développant pas des services spécifiques, ou très peu.

Reste Bouygues Telecom, ovni du secteur. Avec un très bon réseau 4G mais un réseau fixe en marque blanche (Bouygues utilise la fibre de Numericable), il est le seul opérateur n’ayant pas procédé à une consolidation et une convergence forte entre le mobile et le fixe. Ce n’est donc pas étonnant que la rumeur d’un rachat de Bouygues par un autre opérateur refasse régulièrement surface.

Laisser un commentaire

*