Séisme Népal : l’Unesco se désole également pour le patrimoine

Séisme Népal : l’Unesco se désole également pour le patrimoine

Depuis samedi, le Népal et sa capitale Katmandou sont encore sous le choc et comptent leurs victimes. Le bilan est extrêmement lourd : plus de 5.000 morts et 10.000 blessés. L’état des nombreux monuments historiques de ce pays bouddhiste est également désespérant d’après l’Unesco.

Des monuments en ruines

La plupart des sites classés par l’UNESCO depuis 1979 auraient en effet subi des dégâts importants, certains seraient même complètement détruits après le tremblement de terre ressenti au Népal ce samedi 25 avril. La secousse, calculée à une hauteur de 7,8 sur l’échelle de Richter s’est propagée jusqu’en Inde et en Chine. Mais c’est bien le Népal qui a été le plus ravagé par la catastrophe, et sa capitale Katamandou pleure autant ses victimes que ses monuments érigés à la gloire de Bouddha, dans ce pays extrêmement croyant.

Et l’optimisme n’est pas de rigueur chez les experts non plus. Car au-delà, des pertes humaines, c’est aussi le patrimoine culturel de ce petit pays himalayen qui se retrouve dans une situation critique. Patrimoine qui est la principale source de revenus touristiques de cette économie qui compte 28 millions d’âmes déjà touchées par la pauvreté, extrême dans certains cas. De plus, en cette période de l’année, le Népal est une destination particulièrement prisée par les alpinistes et les randonneurs venus braver les flancs de l’Himalaya.

L’Unesco s’inquiète particulièrement du site de Lumbini, endroit où Bouddha aurait supposément vu le jour. L’endroit est situé à environ 280 kilomètres de Katmandou et a déjà connu deux séismes importants en 1833 et 1934.

La liste des monuments touchés est longue… La place Durbar et ses temples érigés lors du règne des rois Malla et Sha, le palais Hanuman Dhoka, le temple Gaddi Baithak ou encore la maison de la déesse Kumari, difficile de savoir combien d’années le pays prendra pour se remettre debout.

Laisser un commentaire

*