La fuite forcée des Rohingya vers la Malaisie et l’Indonésie

La fuite forcée des Rohingya vers la Malaisie et l’Indonésie

Environ 1 400 migrants venant de Birmanie et du Bangladesh, pour la majeure partie membres de la minorité musulmane rohingya, ont accosté ce lundi 11 mai sur les côtes malaisiennes et indonésiennes, après un périple maritime.

Plus de 1 000 d’entre eux sont arrivés sur l’île touristique de Langakwi, en Malaisie. Selon le chef adjoint de la police locale, il y avait trois bateaux avec à bord 1 018 migrants abandonnés par les passeurs au large de l’île, dans des eaux peu profondes.

Un premier bateau avec à son bord 400 migrants avait été secouru par les autorités indonésiennes non loin d’Aceh, au nord-ouest du pays, un jour seulement après l’arrivée d’un autre bateau contenant 600 clandestins.

Tous les ans, des milliers de Bangladais transitent par le sud de la Thaïlande pour rejoindre la Malaisie dans un premier, et d’autres pays par la suite. Ils fuient l’extrême pauvreté du Bangladesh ou la violence, comme pour les Rohingyas en Birmanie, ces derniers, issus d’une minorité musulmane, est considérée comme l’une des plus persécutée du globe par l’Organisation des Nations unies.

Ils prennent alors la mer au péril de leur vie, mais une fois arrivé dans le sud de la Thaïlande, ils sont aux mains des trafiquants d’êtres humains qui ne les relâchent qu’après le paiement d’une rançon.

Fuite forcée

En Birmanie, pays à dominante bouddhiste, ces 1,3 million de Bangladais sont considérés comme des parias. Des dizaines de milliers fuient ainsi le pays depuis 2012 et le début officiel des violences inter-ethniques meurtrières. En Birmanie, pays à dominante bouddhiste, ces 1,3 million de Bangladais sont considérés comme des parias. En général, les mouvements de populations s’accélèrent peu avant la saison des pluies.

Environ 25 000 Rohingya et Bangladais auraient pris la mer clandestinement pour les trois premiers mois de l’année, un nombre deux fois plus important que pour la même période l’année passée, selon des données des Nations unies.

Laisser un commentaire

*