Parité et diversité : Justin Trudeau rompt d’emblée avec ses prédécesseurs

Parité et diversité : Justin Trudeau rompt d’emblée avec ses prédécesseurs

Le nouveau Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a pris ses fonctions ce mercredi, et pour le moment, il affirme un fort désir de s’inscrire en rupture avec la précédente décennie de pouvoir conservateur, affichant simplicité et proximité avec le public.

Trente et un ans après la fin du mandat de son père, Pierre Elliott, le tout nouveau leader canadien a dès son premier jour envoyé un message fort, formant un gouvernement paritaire, avec autant de ministres femmes, que de ministres hommes.

Un gouvernement placé sous le signe de la diversité

Justin Trudeau a joué la carte de la diversité, affirmant que le nouveau gouvernement était le reflet du peuple canadien, riche de personnes venues d’horizons diverses et variées. En témoigne la nomination d’une ministre d’origine afghane, rescapée du régime des talibans en 1996, d’une autochtone au poste de ministre de la Justice, d’un sikh et ancien militaire à la Défense, ou encore d’un ancien chef de bus d’origine indienne ministre des Infrastructures.

Accompagné de sa femme et de ses trente ministres, Justin Trudeau a également rompu avec une tradition un peu austère, en remontant à pied la grande allée menant à la résidence du Gouverneur général David Johnston, représentant de la reine d’Angleterre, et chef d’État en titre.

A peine investi, le nouveau numéro un du gouvernement a dressé la liste des priorités de son mandat, promettant notamment une mise en place rapide de ses promesses de campagne, comme la baisse des impôts des classes moyennes en demandant au 1% de Canadiens les plus riches un participation plus importante.

Laisser un commentaire

*