Orange écope d’une amende de 350 millions d’euros pour ses pratiques anti-concurrentielles

Orange écope d’une amende de 350 millions d’euros pour ses pratiques anti-concurrentielles

 Orange écope d’une amende record de 350 millions d’euros pour entrave à la libre concurrence. Le gendarme de la concurrence a indiqué qu’il s’agissait du montant le plus important jamais réclamé.

L’opérateur français Orange a été ainsi sanctionné en raison des multiples actions qu’il a imposées abusivement depuis les années 2000 à ses concurrents sur le marché de la clientèle entreprise, provoquant un fort ralentissement du développement de ce dernier, a déclaré ce jeudi 17 décembre l’Autorité.

Quatre pratiques anti-concurrentielles sur le marché des services et mobiles à destination de la clientèle entreprise ont été répertoriées, pour lesquelles Orange a été condamné à verser 350 millions d’euros, la somme la plus élevée jamais réclamée par l’Autorité.

L’Autorité a exigé qu’Orange rétablisse « immédiatement » une situation de saine concurrence sur ces marchés. Selon elle, l’opérateur n’a pas contesté l’issue donnée à l’affaire, a reconnu les faits, et a choisi de coopérer.

Pour le marché mobile, l’ex-opérateur national est accusé d’avoir abusé de son ancien monopole, mettant en place des pratiques excessives de fidélisation visant à dissuader les clients entreprises de confier leur parc à un autre opérateur.

Concernant le pan fixe, Orange se voit sanctionné pour des faits avérés de « discrimination » envers les autres opérateurs concernant l’accès et aux installations et aux informations issues du monopole historique, notamment la gestion de la boucle locale cuivre.

L’enquête faisait suite à une plainte déposée en 2008 par Bouygues Telecom, puis par SFR deux ans plus tard. Bouygues avait fait machine arrière en avril 2014, a indiqué l’Autorité.

Laisser un commentaire

*