Pollution diesel : des perquisitions chez PSA

Pollution diesel : des perquisitions chez PSA

Plusieurs sites du groupe PSA ont été perquisitionnés par la DGCCRF dans le cadre d’une vérification des anomalies constatées sur des véhicules diesel du constructeur au niveau de leurs émissions de substances polluantes.

PSA est à son tour perquisitionné dans le cadre de l’enquête faisant suite aux recommandations de la commission Royale concernant la pollution des moteurs diesel. Chez Renault, ces tests avaient mis en évidence d’importants dépassements des normes relatives aux émissions d’oxydes d’azote, ou NOx, des moteurs diesel de la marque. De son côté, PSA était protégé, car ses véhicules n’avaient montré que de légers excédents.

Le groupe a ainsi annoncé, à sa grande surprise, que plusieurs de ses sites avaient reçu la visite de la DGCCRF cette semaine. Plusieurs bureaux d’étude d’ingénierie moteur ont ainsi dû ouvrir leurs portes aux enquêteurs, qui ont tenté de mettre la main sur d’éventuelle trace de tromperie.

PSA indique que des saisies ont été réalisées sur ses sites de Belchamp, Carrières-sous-Poissy, Saint-Ouen, Velizy et La Garenne, mais affirme être confiant quant aux résultats de l’enquête, rappelant avoir fait le choix d’une orientation technologique différente de son concurrent au losange afin dans la dépollution de ses moteurs diesel.

Plus de transparence

En effet, le groupe PSA a choisi un catalyseur SCR, quand Renault a opté pour un piège à NOx. Cet équipement est plus onéreux, et demeure plus efficace concernant la limitation des émissions d’oxydes d’azote en conditions réelles.

Pour attester de sa bonne foi, le groupe a même mis en place un programme de transparence, s’appuyant sur un protocole de test établi par deux ONG qui s’inspirent du prochain cycle RDE. Ainsi, PSA avait pu pratiquer des tests plus réalistes qui montraient alors des écarts considérés comme raisonnables.

Cependant, le groupe n’est pas allé au bout de l’initiative, et n’a pas profité de l’occasion pour révéler les véritables émissions d’oxyde d’azote de ses véhicules.

Laisser un commentaire

*