Poutine en Grèce pour défendre les intérêts gréco-russes

Poutine en Grèce pour défendre les intérêts gréco-russes

Cette année est celle de la Russie en Grèce, et inversement, et les dirigeants des deux pays en profitent pour afficher leur unité. Vladimir Poutine rencontre son homologue grec Prokopis Pavlopoulos, ainsi que le Premier ministre grec Alexis Tsipras, ce vendredi 27 mai à Athènes. Le lendemain, il sera a Athos, lieu important de l’orthodoxie.

Ces deux pays de religion chrétienne orthodoxe entretiennent depuis longtemps de bonnes relations, mais celles-ci se sont particulièrement améliorées depuis l’arrivée au pouvoir en Grèce d’Alexis Tsipras, qui a fait du rapprochement avec la Russie une de ses priorités.

L’ancien ministre grec de l’Energie, Panagiotis Lafazanis, particulièrement ancré à gauche, même au sein de Syriza, avait pour rappel quitté le parti après la signature du 3e mémorandum. Pour les experts, le rapprochement du gouvernement grec avec Moscou est une façon de chercher un partenaire alternatif à l’Union européenne, alors que les négociations avec les créanciers battent encore leur plein.

Si le mémorandum est aujourd’hui signé, Alexis Tsipras s’évertue tout de même à entretenir ces relations, car les enjeux économiques demeurent importants.

Le président Poutine sera notamment accompagné par de deux célèbres chefs d’entreprise bien connus, Oleg Belozerov, PDG de la compagnie ferroviaire russe, et Alexi Miller, le patron de Gazprom.

Deux affaires en cours

La Grèce a dernièrement décidé de relancer le processus de privatisation de TRAINOSE, la compagnie ferroviaire grecque, et ce jeudi 26 mai, le ministre-adjoint russe aux Transports a fait par à nouveau de l’intérêt de son pays au sujet d’un rachat.

Le patron de Gazprom sera quant à lui à Athènes, car la Grèce a signé en février un mémorandum concernant le transport de l’énergie gazière russe via le sud de l’Europe, en compagnie de l’Italie notamment.

D’une façon générale, le gouvernement est à la recherche de nouveaux investisseurs, c’est cette raison que la visite de Vladimir Poutine sera particulièrement attendue, et que les petits plats seront mis dans les grands.

Laisser un commentaire

*