Le Brexit ne va pas arranger l’économie britannique, affirme le FMI

Le Brexit ne va pas arranger l’économie britannique, affirme le FMI

Le FMI avait déjà prévenu Londres des risques d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, que cela soit pour le pays, mais aussi pour l’économie mondiale, il détaille désormais les conséquences d’une possible victoire du « Leave » Outre-manche.

Un manque à gagner de 1,5% à 5,5%

L’institution monétaire a ainsi pris l’exemple de la Norvège, qui ne fait pas partie de l’Union européenne. Si la Grande-Bretagne parvient à obtenir le même statut que ce pays vis-à-vis de l’Union européenne, sa production économique pourrait, à l’horizon 2019, être inférieure de 1,5% par rapport à ce qu’elle aurait pu obtenir si elle était restée un Etat membre. Sachant que ce scénario reste celui de l’impact « limité », comme le précise le FMI.

La Norvège ne fait pas partie de l’UE, mais reste un partenaire de choix, et dispose d’un accès au marché commun en contrepartie de contributions financières à reverser aux Vingt-Huit, ainsi que d’une obligation d’ouverture de ses frontières dans le cadre du principe de la liberté de déplacements.

Du côté du scénario prenant en compte un impact « défavorable » du Brexit, Londres et Bruxelles se verraient obligés de traiter selon les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et la production économique en Grande-Bretagne serait ainsi amoindrie de 5,5% qu’en cas de maintien.

Dans son rapport, le FMI précise qu’à court terme, le processus de sortie va créer une incertitude quant à l’investissement, la consommation et l’emploi.

Laisser un commentaire

*