Daech revendique le nouvel attentat meurtrier de Kaboul

Daech revendique le nouvel attentat meurtrier de Kaboul

Samedi, une intense explosion a retenti à Kaboul, due à un attentat-suicide qui a fait des dizaines de victimes parmi des milliers de manifestants de la minorité chiite hazara qui étaient rassemblés lors d’un défilé pacifiste.

Le groupement ultra radical Etat islamique (EI) a revendiqué cette attaque via son agence de communication Amaq. Celle-ci indique dans son communiqué que « deux combattants » ont actionné leurs ceintures explosives alors qu’ils étaient parmi la foule de manifestants chiite massée dans le quartier Dehmazang à Kaboul, en Afghanistan.

Sur les réseaux sociaux, les premières images après l’attaque montrent des corps inanimés au sol ainsi que des débris le long de la chaussée. Le bilan du ministère de l’Intérieur est pour l’instant de 80 morts et 231 blessés.

Manifestation pacifique contre un projet de ligne haute-tension

La manifestation avait réuni plusieurs milliers de personnes, principalement issues de la communauté hazara chiite d’Afghanistan, pays à majorité sunnite. Ces derniers défilaient dans le calme depuis la matinée dans le centre-ville afin de protester contre un projet de ligne haute-tension qui laisse leur territoire à l’abandon, situé dans la province de Bamiyan (centre).

Les responsables hazara estiment que le tracé de la nouvelle ligne électrique est discriminatoire envers leur communauté et leur province, qui demeure la moins développée du pays. De son côté, le gouvernement refuse d’entendre leurs demandes à cause du surcoût d’une déviation, ainsi que du retard qu’une telle initiative représente.

La minorité des Hazara a été longtemps persécutée. Celle-ci compte environ trois millions de personnes actuellement, et a compté de nombreuses morts à la fin des années 1990, victimes d’Al-Qaïda et des talibans, qui sont essentiellement des Pachtounes sunnites.

Le dernier attentat dernier attentat qui a frappé Kaboul remontait au 30 juin, il avait visé un convoi de jeunes recrues de la police dans un quartier populaire de l’ouest de la cité. Il avait été revendiqué par les talibans.

Laisser un commentaire

*