Alliance 8.7 : Dominique Nouvian à New York pour lutter contre le travail des enfants

Alliance 8.7 : Dominique Nouvian à New York pour lutter contre le travail des enfants

Aujourd’hui, 168 millions d’enfants travaillent dans le monde au lieu d’aller à l’école. Pour lutter contre ce phénomène, la communauté internationale a lancé l’Alliance 8.7 le 21 septembre dernier à New-York, afin de coordonner les efforts des acteurs concernés pour venir à bout du travail forcé. Une initiative largement soutenue par la Côte d’Ivoire et sa Première Dame, Dominique Nouvian.

En dix ans, le travail des enfants a beau avoir diminué d’un tiers dans le monde, il continue d’être une réalité dont il est difficile de se défaire. « Il est inacceptable de trouver encore aujourd’hui 168 millions d’enfants au travail dans le monde, dont 85 millions font un travail dangereux », déclarait Guy Ryder, le directeur de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), lors la Journée mondiale contre le travail des enfants, le 12 juin dernier.

Protection de l’enfant, une priorité internationale

Trois mois plus tard, le 21 septembre dernier, s’est tenue dans le cadre de la 71ème Assemblée générale des Nations Unies l’Alliance 8.7 pour lutter contre le travail des enfants dans le monde. Le but : faire un point sur les engagements pris par les chefs d’État un an plus tôt et mettre à jour la série d’objectifs de développement durable pour la planète (ODD) définis par l’ONU dans le cadre de son « agenda 2030 ». 17 objectifs interconnectés et 169 cibles associées ont été identifiés pour guider le développement mondial, « éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous ».

Dans la cible 8 .7 de cette feuille de route ambitieuse, les gouvernements s’étaient engagés en 2015 à « prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains, interdire et éliminer le travail des enfants sous toutes ses formes, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, et d’ici à 2025 mettre un terme à toutes les formes de travail des enfants. » L’Alliance créée à New-York doit alors permettre d’aider les différents acteurs impliqués dans cette mission à ordonner leur action afin de donner davantage de poids et d’efficacité à leur combat.

Dominique Nouvian souligne les efforts de la Côte d’Ivoire

Pour Dominique Nouvian, cette coalition permettra un partage d’expérience qui pourrait favoriser « des progrès remarquables, et engendrer des résultats positifs dans le recul de ce fléau », a-t-elle déclaré en ouverture « d’Abidjan 2016 sur l’Alliance ODD 8.7 », la consultation sous régionale pour l’Afrique du Nord et de l’Ouest d’Abidjan organisée avant le lancement officiel de l’alliance. Le jour venu, la présence de la Première dame a été particulièrement suivie alors que la Côte d’Ivoire, et plus largement l’Afrique, sont largement touchés par le problème du travail des enfants.

C’est en effet en Afrique qu’on retrouve le plus haut niveau de travail des enfants, avec 41 % des 5-14 ans, soit 80 millions d’Africains, majoritairement réquisitionnés pour effectuer des travaux agricoles ou domestiques, des corvées d’eau ou encore aider en cuisine. Dans un continent où la pauvreté est omniprésente et ne cesse de croître, le travail des enfants reste une façon supplémentaire pour les familles africaines de faire rentrer de l’argent. Sans pour autant nier cette réalité, certains pays d’Afrique ont décidé d’accompagner leur développement en mettant en place des mesures fortes pour freiner le travail des enfants.

Dès 2012, la Côte d’Ivoire a mis en place un Plan d’Action National sur deux ans pour s’attaquer au problème et a voté une loi interdisant et condamnant toutes formes de travail des enfants. 14 millions de dollars ont été investis dans la lutte contre le travail des enfants. Entre 2012 et 2014, 25 trafiquants d’enfants ont ainsi été arrêtés et plus de 4 000 enfants travailleurs ont été secourus, d’après Dominique Nouvian. Le gouvernement ivoirien a également rendu l’école obligatoire de 6 à 16 ans et a renforcé son système scolaire en multipliant les infrastructures dans tout le pays. 17 000 salles de classe préscolaires et primaires et 155 collèges ont été construits dans le pays entre 2011 et 2015.

Durant sa visite à New-York, Dominique Nouvian a également rappelé qu’un sommet des Premières Dames de la sous-région ouest africaine était organisé en Côte d’Ivoire afin de rallier les pays voisins à cette cause et de les encourager à agir. Elle a finalement annoncé la création de trois centres d’accueil destinés à la prise en charge des enfants et à leur réinsertion sociale.

Laisser un commentaire

*