Tunisie : le ministre des Affaires religieuses limogé

Tunisie : le ministre des Affaires religieuses limogé

En charge du ministère des Affaires religieuses, Abdeljalil Ben Salem, vient donc d’être limogé par le chef du gouvernement pour avoir tenu des propos inacceptables à l’encontre du « wahhabisme saoudien ». Ce renvoi constitue une première depuis la constitution du gouvernement d’union nationale en août dernier.

Les dangers du wahhabisme

Le désormais ex-ministre se targuait notamment d’avoir l’audace de dire ce qu’il pense, il en a fait les frais. Devant les députés de la Commission des droits et des libertés, M. Ben Salem a ainsi interpellé deux hauts responsables saoudiens sur les risques que représentent, selon lui, le wahhabisme, la doctrine du royaume, quant au terrorisme. Il a ainsi affirmé que cette école doit être réformée, car le terrorisme en est « historiquement » issu.

Ses déclarations ont rapidement été reprises par les médias tunisiens, faisant enfler la polémique, forçant le ministre à tempérer son propos, assurant alors que la Tunisie entretient des relations cordiales avec l’Arabie Saoudite.

Toutefois, cela n’a pas suffit. A peine 24 heures après, le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed a ainsi annoncé avoir limogé son ministre pour « atteinte aux fondamentaux de la diplomatie ».

Le portefeuille des Affaires religieuses sera confié, par intérim, au ministre de la Justice.

L’Arabie saoudite, pour sa part, réfute l’idée que le wahhabisme nourrit le djihadisme et se justifie en indiquant que des milliers d’arrestations de militants radicaux ont eu lieu dans le royaume.

Laisser un commentaire

*