Colombie : le déboisement responsable de la catastrophe de Mocoa

Colombie : le déboisement responsable de la catastrophe de Mocoa

La catastrophe naturelle de Mocoa, qui a fait plus de 290 morts selon le bilan, était prévisible. La déforestation dans le pays est à l’origine de ce drame.

Malgré une politique volontariste, la Colombie reste une des proies principales du changement climatique.

Le chef d’Etat colombien Juan Emmanuel Santos a ainsi affirmé que le changement climatique était responsable de la catastrophe climatique de Mocoa, capitale de la province de Putumayo, dans le sud-est du pays. En effet, la coulée de boue et de débris provoquée par les pluies diluviennes et la montée des eaux prendrait sera le résultat du bouleversement du climat. Pour rappel, dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2017, les précipitations ont été aussi intenses qu’en deux semaines normales à Mocoa.

Mais du côté des experts, la déforestation est également en cause. Celle-ci serait à l’origine du glissement de Mocoa. Un événement qui était d’ailleurs prévisible, Corpo Amazonia, l’autorité environnementale de la région, avait d’ailleurs recommandé dans un rapport de 2016 que les habitants du quartier qui a été le plus touché soient évacués et relogés ailleurs, selon des informations avancées par RFI.

55% de forêts en Colombie

L’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) indiquait dans un rapport publié en 2014 qu’il existait une grande concentration de forêts en Colombie (55% du territoire), le déboisement a des répercussions très graves sur l’environnement des régions amazoniennes, caribéennes et andines que compte le territoire.

L’OCDE ajoute que même s’il a été réduit, le taux de déboisement du pays a déjà modifié entre 30 et 50% des écosystèmes naturels. Le déboisement en Colombie consiste principalement à la transformation des forêts en pâturages.

Laisser un commentaire

*