Sommet UA – UE : les jeunes Africains au centre de l’attention

Sommet UA – UE : les jeunes Africains au centre de l’attention

L’Afrique est une terre d’avenir, les observateurs du monde entier l’ont bien compris. Le continent voit ainsi de plus en plus de pays lui faire les yeux doux. En témoigne l’engouement que suscite le prochain sommet Union africaine — Union européenne (UA-UE), qui se tiendra à Abidjan les 29 et 30 novembre prochains et qui a pour thème, « Investir dans la jeunesse pour un avenir durable ».

Le continent africain regorge de ressources naturelles indispensables à l’industrie mondiale et c’est également celui qui détient le plus de matières premières : pétrole, minerais, produits agricoles… Rares sont celles qui ne sont pas présentes sur le continent. Dès lors, ce dernier s’affiche comme un acteur majeur de la mondialisation.

L’Afrique est par ailleurs l’un des moteurs de la croissance mondiale, la sienne étant supérieure, depuis des années, à la moyenne planétaire. D’après un récent rapport de la Fondation Mo Ibrahim, entre 2000 et 2014, sur les 25 pays qui ont enregistré les taux de croissance les plus élevés, 10 étaient africains.

Enfin, l’Afrique possède un atout des plus importants : une population jeune et nombreuse. En effet, 60 % des Africains ont aujourd’hui moins de 30 ans, et contrairement aux autres continents, l’Afrique n’est pas confrontée au problème de vieillissement de sa population. Selon les dernières projections des Nations unies, l’Afrique comptera près de 2,4 milliards d’habitants en 2050 — contre 1 milliard aujourd’hui —, dont plus de la moitié aura moins de 25 ans.

Par ailleurs, dans moins de 20 ans, les jeunes Africains seront deux fois plus nombreux que l’ensemble de la population européenne. Et au cours des cinquante prochaines années, l’Afrique comptera 1,4 milliard de jeunes alors que dans tous les pays du G20 réunis on en dénombrera 1,3 milliard.

L’Afrique doit investir dans sa jeunesse

Or, les jeunes Africains sont confrontés à des défis majeurs. Ces derniers représentent 36 % de la population en âge de travailler, mais aussi 60 % des chômeurs du continent. « Si nous ne faisons rien aujourd’hui, le nombre de personnes au chômage en Afrique sera pratiquement identique au nombre total de travailleurs en Allemagne en 2020 ; dans 50 ans seulement, la population africaine au chômage représentera la moitié de toute la main-d’œuvre européenne », prévient l’organisation internationale ONE dans son rapport intitulé « Le siècle de l’Afrique », publié en juin 2017.

Dans ce contexte, le cinquième Sommet Afrique-Union Européenne, qui se tiendra dans la capitale de la Côte d’Ivoire les 29 et 30 novembre prochains, devrait permettre d’apporter des éléments de réponse au problème d’employabilité des jeunes Africains tout en renforçant le partenariat entre les deux continents.

Placé sous le thème « Investir dans la jeunesse pour un avenir durable », le sommet accueillera 28 délégations de l’UE et 54 de l’UA. Plus de 10 000 personnes y sont attendues, dont 83 chefs d’Etat et gouvernement. La Banque africaine de développement, la Banque européenne de développement et les Nations unies seront également de la partie.

Durant le sommet, les dirigeants africains et européens auront pour mission de se pencher sur les défis communs auxquels sont confrontés les deux continents, tels que la paix et la sécurité. Ils discuteront également de leurs intérêts communs, « notamment la recherche d’une croissance durable, inclusive et créatrice d’emploi pour les jeunes », peut-on lire sur le site web de l’évènement. Les jeunes étant le thème central du sommet, ces derniers seront activement sollicités et invités à présenter leurs propres propositions.

Renforcer les relations Europe — Afrique

Ce rassemblement devrait permettre de renforcer le partenariat stratégique entre l’Europe et l’Afrique « pour apporter plus de prospérité et de stabilité sur les deux continents », affirme la Commission européenne dans un communiqué. « 2017 sera l’année d’un nouvel élan pour le partenariat entre l’Europe et l’Afrique : chaque obstacle auquel nous pourrons être confrontés constitue un défi commun, et l’espoir de l’Afrique est notre espoir. La solidité de l’Afrique est importante pour l’Europe tout comme notre amitié l’est pour nos populations. Ce n’est qu’en conjuguant nos forces et en travaillant en partenariat que nous pourrons offrir à nos jeunes un avenir plus prometteur et pacifique. Aujourd’hui, nous ne cherchons pas simplement ce que nous pouvons faire pour l’Afrique, mais ce que nous pouvons faire ensemble avec l’Afrique », ajoute la Commission.

Cela ne fait plus aucun doute : l’Afrique sera bel et bien sur le devant de la scène pour les années à venir. Un rayonnement plus que mérité, mais qui reste conditionné à un véritable investissement dans la jeunesse du continent dont le sommet UE — UA devrait poser les premières pierres.

Laisser un commentaire

*