Grève des éboueurs à Bogotá : la colère des habitants enfle

Grève des éboueurs à Bogotá : la colère des habitants enfle

Le maire de Bogotá a tenté de rassurer les habitants de la ville qui ont exprimé leur colère au sujet d’une grève des services de ramassage des poubelles, assurant que le problème sera résolu dans les 72 heures.

Des voitures brûlées lors de manifestations

Le maire de la capitale colombienne Enrique Peñalosa a déclaré que plus de 3 750 tonnes de déchets encombrant la ville seraient bientôt nettoyées.

L’accumulation des déchets dans la ville est due à une grève des collecteurs de bacs qui a débuté ce jeudi 1er février.

M. Peñalosa a déclaré une urgence environnementale il y a une semaine, mais les habitants disent que la situation dans certains quartiers s’est détériorée depuis.

Beaucoup de résidents ont porté des masques pour protéger leur nez de la puanteur qui flotte dans les rues de la capitale.

Les salariés de l’entreprise publique actuellement chargée de la collecte des ordures dans la moitié de la capitale ont cessé de travailler la semaine dernière afin de protester contre un changement imminent dans la façon dont les contrats sont attribués.

Alors qu’une partie des 6 300 tonnes d’ordures produites quotidiennement dans la ville ont été récupérées par des entreprises privées, des montagnes de sacs plastique restent encore entassées à l’air libre.

Mardi soir, les habitants du quartier d’Engativá, l’un des plus touchés, ont brûlé un bus lors d’une manifestation contre cette situation.

Le maire de la ville blâme pour sa part son prédécesseur dans le travail, Gustavo Petro au sujet des problèmes avec l’entreprise de ramassage.

Gustavo Petro a été limogé de son poste en décembre 2013 pour avoir prétendument mal géré la collecte des ordures de la ville, mais il a été réintégré par la suite après une décision de justice.

Laisser un commentaire

*