ONU : des cadavres utilisés à des fins de propagande en République Centrafricaine

ONU : des cadavres utilisés à des fins de propagande en République Centrafricaine

L’ONU a déclaré que les manifestants qui avaient placé des cadavres devant le siège de l’organisation en République Centrafricaine (RCA) utilisaient ces corps pour de la « propagande ».

Les corps d’anciens criminels utilisés dans le cadre d’une action de protestation

« Certaines personnes utilisent des cadavres pour affirmer que nous avons tué des civils », a déclaré un porte-parole de l’ONU à la BBC.

Ce mercredi 11 avril, des manifestants appelant à la fin de la violence ont placé 17 corps à l’extérieur du bâtiment de l’ONU à Bangui.

Les manifestants ont affirmé que ces morts étaient des civils innocents tués dans des affrontements entre les troupes de l’ONU et les groupes armés.

Mais l’ONU affirme de son côté que les morts étaient des criminels armés qui ont attaqué des soldats de l’ONU et des soldats du gouvernement.

« Ils ont tiré sur nos soldats et nous avons riposté », a déclaré le porte-parole de l’ONU, Vladimir Monteiro.

« Nous condamnons le fait que certaines personnes utilisent des cadavres pour une sorte de propagande », a-t-il ajouté.

Les troupes de l’ONU ont commencé une opération dimanche dernier pour désarmer les miliciens dans le quartier PK5 de Bangui.

Une milice musulmane autoproclamée s’y trouve, censée protéger les habitants.

Vladimir Monteiro a déclaré à la BBC que l’ONU poursuivrait l’opération malgré les protestations.

La RCA est plongée dans la tourmente depuis 2013, année durant laquelle des rebelles musulmans du groupe de la Seleka ont pris le pouvoir dans le pays majoritairement chrétien. Un groupe de milices chrétiennes, les anti-balaka, s’est formé pour contrer la Séléka.

Laisser un commentaire

*