Émeutes au Nicaragua : les étudiants et enseignants relâchés par la police

Émeutes au Nicaragua : les étudiants et enseignants relâchés par la police

La police nicaraguayenne a relâché plusieurs dizaines d’étudiants et de professeurs arrêtés lors de manifestations déclenchées par les changements annoncés du système de sécurité sociale.

De violentes attaques survenues lors des mouvements

Certains étudiants ont dit avoir été battus et torturés par la police durant leur détention. Ces dires n’ont pas pu être vérifiés de manière indépendante.

Des images sur les médias sociaux ont montré quelques-uns de ces étudiants, visiblement bouleversés et la tête rasée, au moment de leur libération.

Au moins 25 personnes seraient mortes durant ces violentes manifestations.

Les troubles ont commencé ce mercredi 18 avril lorsque des centaines de personnes, principalement des retraités, sont descendues dans les rues de la capitale, Managua, pour protester contre les changements apportés au système de sécurité sociale du pays.

Des manifestants et journalistes couvrant l’événement ont été attaqués par des hommes portant des casques de moto qui les ont frappés avec des tuyaux métalliques et des câbles électriques.

Dans le tollé qui a suivi ces violences, le leader nicaraguayen Daniel Ortega a annulé les changements. Il a ordonné la libération des personnes détenues et levé une interdiction de diffusion sur une chaîne d’information privée.

Néanmoins, le pays reste tendu et d’autres mouvement de protestation sont à venir.

Daniel Ortega a blâmé les agitateurs à l’origine des violences, en majeure partie sympathisants de la droite, affirmant qu’ils ont infiltré les manifestations afin de discréditer son gouvernement de gauche.

Les Etats-Unis ont déclaré pour leur part qu’ils tenaient le gouvernement nicaraguayen responsable de l’effusion de sang.

Laisser un commentaire

*