« Purges » en Pologne : le juge Gersdorf défie la réforme des retraites

« Purges » en Pologne : le juge Gersdorf défie la réforme des retraites

Le chef de la Cour suprême de Pologne est arrivé à son bureau ce mercredi 4 juillet au matin entouré de centaines de sympathisants, tous rejetant une loi controversée obligeant des dizaines de hauts magistrats à prendre une retraite anticipée.

La juge en chef Malgorzata Gersdorf, âgée de 65 ans, avait reçu l’ordre de démissionner la veille à minuit et son remplaçant avait d’ailleurs déjà été nommé.

En venant au travail, Malgorzata Gersdorf outrepasse la réforme obligeant les juges à prendre leur retraite à 65 ans au lieu de 70, une volonté considérée comme une « purge » en Pologne.

Le Premier ministre polonais a défendu pour sa part le désir de changement souhaité par son gouvernement.

“Chaque pays de l’UE a le droit de développer son système judiciaire selon ses propres traditions”, a déclaré Mateusz Morawiecki dans un discours au Parlement européen ce mercredi 4 juillet.

Jusqu’à 40% des juges de la Cour suprême devraient être expulsés dans le cadre de ces changements qui, selon le gouvernement, aideront à combattre la corruption et à remplacer les juges qui sont en service depuis l’ère communiste qui s’est effondrée en 1989.

Lundi, l’Union européenne a lancé une action en justice contre le gouvernement de droite de la Pologne, affirmant que la loi portait atteinte à l’indépendance de la justice. Certains eurodéputés ont écouté le discours du leader polonais derrière des pancartes où il était possible de lire «État de droit».

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.