Les forces de sécurité du Zimbabwe accusées de “torture systématique” sur les manifestants

Les forces de sécurité du Zimbabwe accusées de “torture systématique” sur les manifestants

Au Zimbabwe, un groupe de défense des droits de l’homme nommé par le gouvernement a accusé des soldats de recourir à systématiquement à la torture pour réprimer des manifestations.

Violente répression

La Commission des droits de l’homme du Zimbabwe a vivement critiqué les autorités pour avoir eu recours à des troupes pour réprimer des manifestations.

Les troubles ont éclaté il y a plus d’une semaine à la suite d’une forte hausse des prix du carburant.

Un porte-parole du gouvernement a défendu la répression, déclarant à la BBC : “Lorsque la situation devient incontrôlable, il faut un peu de fermeté.”

Des informations font état d’agressions prétendument perpétrées par l’armée dans diverses parties de la capitale, Harare.

Des soldats à Harare ont été vus frappant un groupe important de conducteurs de minibus ce mardi 22 janvier.

Andrew Harding, correspondant de la BBC à Harare, a parlé à un homme qui a déclaré que lui et une trentaine d’autres avaient été arrêtés et battus par des soldats pendant “plus de deux heures”.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.