Les prisonniers de l’État islamique devront « être jugés ou libérés », exige l’ONU

Les prisonniers de l’État islamique devront « être jugés ou libérés », exige l’ONU

Selon l’ONU, des dizaines de milliers de combattants de l’État islamique et de membres de leur famille détenus en Irak et en Syrie doivent être jugés ou libérés.

La responsable des droits de l’homme, Michelle Bachelet, a également appelé les pays à assumer la responsabilité de leurs citoyens et à les reprendre s’ils n’étaient pas poursuivis en justice.

Les derniers bastions de l’EI ont été détruits en mars et quelque 55 000 personnes sont détenues, dont des milliers d’étrangers.

Mais de nombreux pays ont montré une certaine réticence à rapatrier leurs citoyens.

Les pays craignent que les poursuites contre les combattants de l’EI ne soient difficiles et l’opinion publique s’oppose souvent fortement au rapatriement.

Certains pays ont également refusé de reconnaître la citoyenneté des enfants de membres de l’EI nés en Syrie et en Irak.

Mme Bachelet a déclaré que les enfants en particulier avaient subi des “violations graves” de leurs droits fondamentaux.

Qu’est-ce que Mme Bachelet a dit ?

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a déclaré qu’il ne devrait y avoir aucun doute sur ce qu’il devait advenir des personnes détenues.

“La responsabilité à travers des procès équitables protège les sociétés de la radicalisation et des violences futures”, a-t-elle déclaré, ajoutant que le maintien en détention de personnes non soupçonnées de crimes n’était pas acceptable.

Elle a ajouté : “Les membres de famille étrangers doivent être rapatriés, à moins qu’ils ne soient poursuivis pour des crimes selon les normes internationales.”

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.