Nuit de violence à Hong-Kong : des expéditions punitives contre des manifestants

Nuit de violence à Hong-Kong : des expéditions punitives contre des manifestants

Hong Kong est sous le choc après une nuit de violence ce dimanche 21 juillet, au cours de laquelle des dizaines d’hommes masqués ont pris d’assaut une gare.

Les hommes – vêtus de T-shirts blancs et soupçonnés d’être des gangsters de la triade – ont agressé des manifestants pro-démocrates et des passants dans la région de Yuen Long.

C’est la première fois que ce type de violence est observé dans les manifestations anti-extradition en cours.

Plusieurs législateurs ont demandé pourquoi les policiers tardaient à arriver sur les lieux.

Des images publiées sur les médias sociaux ont montré des dizaines d’hommes attaquant des gens avec des baguettes en bois et des bâtons de métal à l’intérieur de la station.

Quarante-cinq personnes ont été blessées, dont une dans un état critique.

Carrie Lam, directrice générale de Hong Kong, a déclaré aux journalistes que ces attaques étaient “choquantes”. Elle a également condamné les manifestants pour avoir altéré le bureau de représentation principal de la Chine dans la ville plus tôt dimanche.

Qu’est-il arrivé ?

Les manifestants pro-démocrates ont été pris pour cible alors qu’ils rentraient d’un rassemblement au centre de Hong Kong, où la police anti-émeute avait tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur les manifestants.

Les hommes masqués ont pris d’assaut la station de MTR Yuen Long vers 22 h 30, heure locale (14 h 30 GMT).

Les médias locaux ont déclaré qu’ils ciblaient des personnes vêtues de noir – la couleur que portaient la plupart des manifestants.

Dans une déclaration, le gouvernement a déclaré : “Ceci est absolument inacceptable pour Hong Kong en tant que société respectueuse de l’état de droit. Le gouvernement de la RAS [région administrative spéciale] condamne fermement toute violence et prend des mesures coercitives sérieuses.”

Une journaliste, Gwyneth Ho, a été attaquée alors qu’elle était en train de diffuser en continu pour Stand News, un site d’informations. Elle est actuellement à l’hôpital.

L’Association des journalistes de Hong Kong a annoncé que du matériel appartenant a des reporters avait été saisi.

Un législateur pro-démocratie, Ray Chan, a tweeté un message pointant l’arrivée tardive de la police. “Hong Kong a l’un des taux de policiers par habitant les plus élevés au monde … Où étaient-ils ?”

Des images vidéo du député du parti pro-pékinois Junius Ho ont également fait surface, ce dernier serrant la main des hommes en blanc et leur faisant signe avec son pouce levé.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.