Des dizaines de personnes arrêtées en Afrique du Sud après des émeutes xénophobes à Johannesburg

Des dizaines de personnes arrêtées en Afrique du Sud après des émeutes xénophobes à Johannesburg

Des dizaines de personnes ont été arrêtées dans la ville de Johannesburg, en Afrique du Sud, après que des émeutiers aient pillé des magasins et incendié des bâtiments et des véhicules.

La police a lancé des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes dans le but de calmer les troubles ce lundi 2 septembre.

Un grand nombre des magasins ciblés appartiendraient à des étrangers.

Mais le ministre de la Police du pays, Bheki Cele, a déclaré que “la criminalité plutôt que la xénophobie” était à l’origine de cette “violence insensée”.

“La [xénophobie] est utilisée comme une excuse”, a-t-il déclaré à la presse après s’être rendu dans le quartier central des affaires de la ville, où se sont déroulés une grande partie des troubles. “Rien … n’a déclenché une forme de conflit entre les Sud-Africains et les ressortissants étrangers.”

Cependant, le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, a déclaré que les magasins nigérians avaient été pris pour cible par “des criminels” et avait promis de prendre des “mesures définitives”.

L’Afrique du Sud a connu une série d’attaques xénophobes ces derniers mois. En mars, trois personnes sont mortes lors de manifestations qui visaient des magasins appartenant à des étrangers à Durban.

Les dernières agitations auraient commencé dimanche, lorsqu’un bâtiment du quartier central des affaires de Johannesburg a pris feu et s’est effondré, faisant au moins trois morts.

Lundi, les violences se sont propagées dans les environs de Jeppestown avant d’atteindre d’autres quartiers de la ville, tels que Denver, Malvern et Tembisa.

Des centaines de personnes ont défilé dans le quartier central des affaires, une vidéo partagée sur les médias sociaux montre des magasins en train d’être pillés et des rangées de voitures incendiées. Au moins 41 personnes ont été arrêtées après la manifestation, a annoncé la police.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.