Habib Shehadeh, homme d’affaires véreux et indic d’Israël

Habib Shehadeh, homme d’affaires véreux et indic d’Israël

Pourquoi Habib Shehadeh se fait-il si discret ? D’ordinaire prolixe sur les réseaux sociaux, où il se met régulièrement en scène avec sa femme et ses jumeaux, l’homme d’affaires a drastiquement baissé le rythme de ses publications depuis janvier 2019. Plusieurs évènements, concomitants, peuvent expliquer cette prise de recul : soupçonné d’avoir escroqué une société de conseil française pour plusieurs centaines de milliers d’euros, il l’est aussi de servir comme agent secret pour le compte de l’Etat hébreux. Ces révélations surviennent alors que sa femme, Claudia Misleh Shehadeh, fait elle-même face à de lourdes accusations dans le cadre de ses activités professionnelles.

La grande vie

Habib et son fils en goguette sur leur voilier ; Habib et sa femme en tenues de soirée lors d’agapes mondaines ; Habib et ses deux enfants, Alex Talal Shehadeh et Nour Shehadeh, tout de blanc vêtus dans les rues de Carthagène en Colombie, etc. Le compte Facebook d’Habib Shehadeh ressemble à s’y méprendre à l’album photo de la famille cosmopolite idéale, partageant son temps entre Santiago, Dubaï, Paris et la Grèce, vivant à grands frais en papillonnant d’une résidence de luxe à l’autre. Sous le vernis chic, bien sous tous rapports, les Shehadeh recèlent pourtant de sombres secrets.


Habib et ses deux enfants, Alex Talal Shehadeh et Nour Shehadeh, dans les rues de Carthagène.

Né en 1966 à Jérusalem, Habib Shehadeh passe son enfance à Beit Jala, ville chrétienne de Cisjordanie, en compagnie de ses deux frères, Eric Shehadeh et Marwane Shehadeh, aujourd’hui respectivement directeur général de My Money Bank, ex GE Money Bank, et fondateur de la société Orient Unb Takaful PJSC, directeur général d’Al Futtaim Capital, par ailleurs au board de Design Studio Group Ltd., Depa Ltd. et Emirates Investment Bank.

Chrétien, Habib Shehadeh se marie religieusement en 1993 avec Claudia Misleh Chehade, chilienne, de laquelle il a deux enfants, des jumeaux, Alex Talal Shehadeh et Nour Shehadeh. Il installe sa famille à Santiago, tandis que ses affaires le conduisent régulièrement à Paris, où se trouve notamment le trust familial, Shehadeh capital, dans le très chic 6e arrondissement (21, rue Cassette). Mais aussi à Dubaï, où siège l’une de ses sociétés, Menasa Group, ayant fait profession de mettre en relation divers acteurs économiques de la région (Level 14, BV Plaza Tower 1, Emaar BV, downtown P. O. Box 334155, Dubai, AE).

 

Le couple Shehadeh prend la pause le jour de son mariage.

Petites escroqueries en famille  

La propension d’Habib Shehadeh à ouvrir de nouvelles sociétés n’a, semble-t-il, d’égal que son inaptitude à assurer leur bonne santé économique. Pris à la gorge, il va bientôt commettre un certain nombre d’impairs. Ainsi, après avoir contracté avec une société de conseil parisienne et un Etat d’Afrique centrale, aurait-il « oublié » de régler une dette de plusieurs centaines de milliers d’euros à la première. Des sources proches du dossier indiquent que cet argent aurait depuis été dépensé, et qu’Habib aurait décliné l’offre de son frère Eric de rembourser pour lui le cabinet parisien.

Insolvable et désormais assigné à résidence à Dubaï, l’homme est menacé de ne plus pouvoir y exercer d’activité professionnelle. Une disgrâce qu’il pourrait également connaître au Chili où, chez les Shehadeh, l’escroquerie se pratiquant en famille, sa femme est elle-aussi inquiétée dans le cadre de ses activités professionnelles. Claudia Misleh Chehade s’y serait en en effet autoproclamée coach en nutrition sans pouvoir justifier d’aucun diplôme de nutritionniste. Fondatrice du blog « She live healthy », elle aurait pour coutume d’y publier des photos retouchées, trompant depuis des années ses lecteurs et patients.

Au-delà de leurs affaires, les démêlés d’Habib Shehadeh et de sa femme écornent sérieusement l’image de la famille Shehadeh dans la péninsule arabique et pourraient, à terme, nuire aux carrières de Marwane Shehadeh et Eric Shehadeh.

Habib Shehadeh, agent de renseignement pour Israël  

Mais la véritable révélation est ailleurs. Ayant passé sa tendre enfance en Cisjordanie, partageant volontiers des vues pro-palestiennes sur Facebook, n’hésitant jamais, a contrario, à relayer des contenus critiques à l’égard du régime de Benjamin Nétanyahou, Habib Shehadeh entretiendrait, en dépit de prises de position destinées à faire bonne mesure, d’étroites relations avec les services secrets israëliens.

Selon des sources bien informées, l’homme d’affaires aurait ainsi rencontré, en avril dernier, un officier traitant du renseignement israélien dans un appartement cossu du 8ème arrondissement parisien. Si le contenu des discussions reste secret, il y a fort à parier que ces dernières concernaient le “deal du siècle”, le plan de paix pour le conflit israélo-palestinien proposé par Jared Kushner, beau-fils de Donald Trump. Si ce plan de paix, boycotté par les Palestiniens, a depuis pris du plomb dans l’aile, les renseignements israélien et saoudien auraient pu bénéficier de l’aide d’une taupe bien introduite pour convaincre l’autorité palestinienne.

Preuve de l’intérêt tout particulier que porte Habib Shehadeh au « deal du siècle », il aurait été aperçu lors de la conférence organisée les 25 et 26 juin par Washington à Manama, la capitale de Bahreïn, conférence sur le volet économique du « deal » ayant rassemblé des représentants de plusieurs pays arabes et de l’État hébreu. L’homme profiterait de ses fréquents passages à Jérusalem, dans le cadre de ses déplacements en Cisjordanie, pour informer les autorités israéliennes des avancées obtenues sur ce dossier. Une information de nature à échauder tous les Palestiniens ayant placé leur confiance dans cet « enfant du pays », ayant sans scrupule sacrifié l’amour de sa patrie sur l’autel de la cupidité.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.