Un étudiant bangladais assassiné pour avoir critiqué le gouvernement

Un étudiant bangladais assassiné pour avoir critiqué le gouvernement

Un étudiant bangladais de premier cycle a été tué dans son dortoir ce dimanche 6 octobre après avoir posté en ligne un message critique envers le gouvernement de son pays, il aurait été battu pendant plusieurs heures avant de mourir, ont déclaré des témoins à la BBC.

Plusieurs de ses camarades ont déclaré qu’Abrar Fahad avait été enlevé dans sa chambre vers 20h00 (14h00 GMT) et battu au moins quatre heures.

Le médecin qui a pratiqué l’autopsie sur l’étudiant, âgé de 21 ans, a confirmé à la BBC que son corps était gravement meurtri.

Le jeune étudiait à l’Université d’ingénierie du Bangladesh, à Dacca.

Plusieurs membres de la Bangladesh Chhatra League (BCL) – l’aile jeunesse du parti au pouvoir, la ligue Awami – ont été arrêtés à la suite de ce décès.

La BCL est régulièrement accusée de recourir à la torture et à l’extorsion contre des étudiants.

La vidéo de surveillance du dortoir où séjournait Abrar Fahad montre plusieurs hommes portant le corps de la victime. La police a arrêté neuf hommes résidant également dans les lieux, dont au moins cinq militants de la BCL.

Mardi, le nombre d’arrestations était passé à 13, a indiqué la police, tous les suspects étant des membres de l’Université, tandis que six autres suspects sont encore recherchés.

Le commissaire de police adjoint de Dhaka, Munstasirul Islam, a confirmé que l’étudiant avait été battu à mort.

Le Dr Sohel Mahmud, responsable du département médico-légal de l’hôpital du Collège médical de Dhaka, qui a examiné le corps de Fahad, a déclaré à la BBC : “Il y avait beaucoup de traumatismes contondants dans son corps. Nous pensons qu’il est mort des suites d’une attaque avec des objets contondants.”

Des membres de la BCL cités par les médias locaux ont déclaré que le jeune homme décédé avait été “interrogé” et battu pour ses liens présumés avec un parti islamiste. Cela est arrivé après qu’il ait écrit sur les médias sociaux un article critiquant le gouvernement au sujet d’un accord de partage de l’eau avec l’Inde.

Dans une déclaration, la BCL a déclaré qu’après avoir mené des enquêtes, elle avait expulsé 11 membres de sa division active au sein de l’Université, rapporte bdnews24.com.

«S’il vous plaît, emmenez-moi à l’hôpital»

Un étudiant de l’Université d’ingénierie du Bangladesh qui a parlé à la presse sous couvert d’anonymat, craignant des représailles, a déclaré avoir vu Abrar Fahad vivant à 02h00 dans une salle où il avait été battu.

“J’ai vu Abrar dans la chambre 2005, il était toujours en vie … Avec l’aide de jeunes étudiants, j’ai amené Abrar en bas. Il était toujours en vie et il nous a dit : ‘S’il vous plaît, amenez-moi rapidement à l’hôpital.”

Un autre étudiant qui est arrivé sur les lieux a déclaré que plusieurs étudiants s’étaient réunis avec le doyen adjoint du dortoir pour l’inviter à passer à l’action, lorsque des membres de la BCL ont commencé à frapper à la porte pour tenter de pénétrer dans la chambre de leur victime.

Cette mort a conduit à des manifestations lundi à Dhaka et dans d’autres villes. Des étudiants de la capitale ont scandé des slogans et bloqué des routes. Les manifestations se sont poursuivies le lendemain alors que des étudiants de l’Université d’ingénierie du Bangladesh réclamaient la peine de mort pour les personnes qui seront reconnues coupables du meurtre.

D’anciens étudiants et des membres du personnel enseignant ont également rejoint la manifestation sur le campus. L’assassinat a choqué le Bangladesh et mis en lumière la culture de la violence dans les universités publiques.

“Il est totalement inacceptable qu’un étudiant meure en raison d’actes de torture dans une résidence universitaire”, a déclaré AKM Masud, président de la Buet Teachers’ Association, selon le site bangladais bdnews24.com.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.