Pollution à Delhi : mise en place de la circulation alternée en urgence

Pollution à Delhi : mise en place de la circulation alternée en urgence

La capitale indienne, Delhi, a lancé un système de rationnement automobile pour lutter contre les niveaux de pollution dangereux.

Du 4 au 15 novembre, seules les voitures portant des plaques d’immatriculation impaires ou paires seront autorisées sur les routes chaque jour, ont annoncé des responsables.

Un tel système a déjà été utilisé auparavant, mais il n’est pas établi encore s’il contribue réellement à réduire la pollution.

Les niveaux de particules dangereuses dans l’air – connu sous le nom de PM2,5 – dépassent largement les dix fois les limites de sécurité.

Cependant, les voitures ne seraient pas la principale cause de l’air toxique de Delhi, les experts soulignant que les agriculteurs des États voisins brûlaient les cultures pour nettoyer les champs.

Le projet avait été proposé pour la première fois en 2010 et le formulaire actuel du centre avait été décidé après que l’État eût appelé les citoyens à soumettre leurs idées en 2016. Les écoles ont été fermées jusqu’à mardi 5 novembre avec un prolongement fermeture jusqu’à vendredi, la ville continuant d’étouffer sous une épaisse couche de smog.

Le ministre en chef de Delhi, Arvind Kejriwal, a déclaré que le système de rationnement des voitures, connu sous le nom de « plan impair » ou « circulation alternée » en France, permet de retirer des centaines de milliers de voitures de la route. Ceux qui ne respectent pas la règle se verront infliger une amende de 4 000 roupies (50 euros), soit le double de celles des années précédentes.

Seuls les transports en commun, les véhicules d’urgence, les taxis et les deux-roues seront autorisés à circuler. Les femmes qui conduisent seules seront également exemptées.

Qu’est-ce qui a causé la pollution ?

Selon les experts, les émissions des véhicules ne sont qu’un des nombreux facteurs qui ont transformé la ville en une “chambre à gaz”, selon les termes de M. Kejriwal.

Une des principales causes des hauts niveaux de pollution à cette période de l’année sont les agriculteurs des États voisins qui brûlent les chaumes pour nettoyer leurs champs.

Cela crée un cocktail mortel de particules – dioxyde de carbone, dioxyde d’azote et dioxyde de soufre – aggravées par les feux d’artifice déclenchés pendant le festival hindou de Diwali, la semaine dernière.

Les émissions provenant de la construction et des industries ont également contribué au smog.

Les efforts pour identifier une cause ont provoqué une querelle entre les politiciens des États et les politiciens fédéraux. M. Kejriwal a appelé les États voisins du Pendjab et du Haryana à mettre fin aux incendies.

Cela a conduit le ministre fédéral de l’Environnement, Prakash Javadekar, à accuser M. Kejriwal de politiser la question et de qualifier ses voisins de “mauvaises personnes”.

Les citoyens Indiens espèrent seulement que des précipitations éparses prévues la semaine prochaine laveront les polluants.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.