Jamal Khashoggi : cinq Saoudiens condamnés à mort pour le meurtre du journaliste

Jamal Khashoggi : cinq Saoudiens condamnés à mort pour le meurtre du journaliste

Un tribunal d’Arabie saoudite a condamné à mort cinq personnes et emprisonné trois autres pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi l’année dernière.

Jamal Khashoggi, un célèbre critique du gouvernement saoudien, avait été tué à l’intérieur du consulat du royaume dans la ville turque d’Istanbul par une équipe d’agents saoudiens.

Les autorités saoudiennes ont déclaré que c’était le résultat d’une “opération criminelle” et ont traduit en justice 11 personnes anonymes.

Un expert de l’ONU a déclaré que le procès représentait “l’antithèse de la justice”.

“En résumé : les tueurs à gages sont coupables, condamnés à mort. Les cerveaux ne se contentent pas de marcher librement. Ils ont à peine été touchés par l’enquête et le procès”, a écrit la rapporteuse spéciale Agnes Callamard sur Twitter .

Un rapport publié par Mme Callamard a conclu en juin que la mort de M. Khashoggi était une “exécution extrajudiciaire” dont l’État saoudien est responsable, et qu’il y avait des preuves crédibles justifiant une enquête plus approfondie que des responsables de haut niveau, y compris le prince héritier Mohammed bin Salman, étaient individuellement impliqués.

Le prince a nié toute accusation portée à son égard, mais en octobre, il a déclaré avoir assumé “l’entière responsabilité en tant que leader en Arabie saoudite, d’autant plus qu’elle a été commise par des personnes travaillant pour le gouvernement saoudien”.

Un haut responsable, Saud al-Qahtani, a été limogé suite au meurtre, mais n’a pas été inculpé “en raison de preuves insuffisantes”, a indiqué le parquet. L’ancien chef adjoint du renseignement, Ahmad Asiri, a été jugé, mais acquitté pour les mêmes motifs.

Le ministère turc des Affaires étrangères a déclaré que la décision du tribunal saoudien “ne répond pas aux attentes de la Turquie et de la communauté internationale pour la clarification de tous les aspects de ce meurtre”.

L’éditeur du Washington Post, pour qui Khashoggi a écrit des articles, a déclaré : “Le manque total de transparence et le refus du gouvernement saoudien de coopérer avec des enquêteurs indépendants suggérant qu’il ne s’agissait que d’un simulacre de procès”.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.