Avoir plusieurs livret A : C’est possible ?

Curieux de connaître les contours légaux de l’épargne en France ? Cette analyse éclairée du Livret A vous guidera à travers les subtilités réglementaires et financières qui pourraient influer sur votre portefeuille. Explorez avec nous les voies légales et les astuces pour optimiser votre épargne, sans jamais franchir les limites.

Tirelire et flèche de croissance économique.

Le livret A est un produit d’épargne réglementée très populaire en France, offrant de nombreux avantages à ses détenteurs. Cependant, certaines personnes cherchent à maximiser leurs gains en multipliant les ouvertures de livrets A. Est-ce vraiment permis et dans quelles conditions ? Découvrons ensemble les règles en vigueur et les raisons pour lesquelles cela pourrait être avantageux ou non.

Un seul livret A par personne

Tout d’abord, il convient de rappeler la règle principale concernant la détention du livret A : chaque personne ne peut détenir qu’un seul livret A à son nom. Cette règle s’applique aussi bien aux personnes physiques majeures qu’aux mineures. De plus, il n’est pas possible de cumuler un livret A avec un Livret Bleu (livret d’épargne commercialisé exclusivement par le Crédit Mutuel).

Contrôles et sanctions en cas de multiplicite

Afin de lutter contre la multiplication illégale des livrets A, les établissements bancaires effectuent régulièrement des contrôles auprès de la Direction générale des finances publiques (DGFIP). Si vous êtes pris en défaut, l’article L312-6 du Code monétaire et financier prévoit une sanction financière pouvant aller jusqu’à 2% des sommes versées sur les livrets A excédentaires.

Pourquoi certains cherchent-ils à multiplier les livrets A ?

Malgré les règles en vigueur et les sanctions encourues, certains épargnants cherchent encore à ouvrir plusieurs livrets A pour différentes raisons :

  • Rendement attractif : avec un taux d’intérêt de 0,75% (taux au 1er février 2020), le livret A offre un rendement supérieur à celui des comptes courants.
  • Exonération fiscale : les intérêts générés par le livret A sont exonérés d’impôt sur le revenu ainsi que de prélèvements sociaux, ce qui en fait un placement très intéressant pour les personnes dont la fiscalité est élevée.
  • Disponibilité immédiate : contrairement à d’autres placements, les fonds déposés sur un livret A restent disponibles en permanence, sans pénalités ni frais en cas de retrait anticipé.

La limite du plafond

Cependant, le principal frein à l’ouverture de plusieurs livrets A réside dans leur plafonnement. En effet, le montant maximal des dépôts sur un livret A est fixé à 22 950 euros pour une personne physique majeure et à 7 700 euros pour une personne mineure. Au-delà de ces limites, il n’est plus possible d’alimenter son livret. Dès lors, la détention de plusieurs livrets A devient moins attractive car elle oblige à retirer ses économies d’un livret pour les déposer sur un autre (et inversement).

Les alternatives au livret A

Pour les épargnants qui cherchent à diversifier leurs placements et à optimiser leur rendement, il existe plusieurs solutions alternatives :

Pour les personnes mineures

  • Le livret jeune : réservé aux 12-25 ans, ce livret offre généralement un taux d’intérêt supérieur à celui du livret A. Son plafond est fixé à 1 600 euros, hors intérêts capitalisés.

Pour les personnes majeures

  • Le livret de développement durable et solidaire (LDDS) : avec un taux de rémunération identique au livret A (0,75%), le LDDS permet de doubler son épargne réglementée à condition de respecter son plafond à 12 000 euros.
  • Les livrets bancaires non réglementés : plusieurs établissements proposent des offres promotionnelles avec des taux boostés sur une durée limitée ou des prime de bienvenue lors de l’ouverture d’un nouveau compte.
  • Les placements en assurance-vie : cette solution offre la possibilité d’allouer son épargne entre fonds en euros (garantis en capital) et unités de compte (plus risquées mais potentiellement plus rémunératrices).

En conclusion, même si la multiplication des livrets A pourrait sembler intéressante pour certains épargnants, cette pratique est interdite par la loi. Il convient donc de respecter les règles en vigueur et d’explorer des alternatives pour diversifier ses placements et optimiser son rendement.

Pour allez plus loin

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *