CAF : Ces 4 aides méconnues auxquelles vous avez très certainement droit

[object Object]

Il est bien connu que la France propose une variété de prestations sociales pour différentes catégories de citoyens. Mais saviez-vous qu’il existe des aides dont beaucoup de personnes ne profitent pas  ? Dans cet article, nous vous informons sur quelques-uns de ces avantages sociaux souvent négligés, qui pourraient alléger vos dépenses et vous offrir un soutien financier précieux.

Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS)

L’Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) est un dispositif méconnu qui permet aux personnes aux revenus modestes de financer tout ou partie de leur mutuelle. Pourtant, elle peut s’avérer très utile, puisqu’elle offre une aide annuelle allant de 100 à 550 euros selon l’âge.

Concrètement, l’ACS permet de bénéficier de tarifs plafonnés pour certains actes médicaux et prothèses, ainsi que de la prise en charge des dépassements d’honoraires dans le cadre d’un parcours de soins coordonnés. De plus, elle dispense du paiement des franchises médicales et de la participation forfaitaire d’un euro. Pour savoir si vous êtes éligible à l’ACS, il suffit de vérifier vos revenus et votre situation familiale sur le simulateur de droits dédié. Si vous répondez aux critères, n’hésitez pas à demander cette aide précieuse qui vous permettra de vous soigner à moindre coût.

Pour bénéficier de l’ACS, il faut d’abord télécharger un formulaire de demande, soit directement sur le site de l’assurance maladie, soit auprès de votre caisse. Une fois rempli, ce formulaire doit être renvoyé à votre caisse accompagné des pièces justificatives nécessaires. S si votre demande est acceptée, vous disposez de six mois pour utiliser l’attestation chèque reçue. Cette aide n’est valable qu’avec les complémentaires santé figurant sur une liste spécifique. Enfin, le renouvellement de l’ACS n’est pas automatique : il faut refaire une demande chaque année.

A lire aussi :  CAF : Cette aide de 953€ pour les couples pourrait bien vous être due, voici les conditions

La prime d’activité

Malgré son succès et son impact positif sur le pouvoir d’achat des travailleurs modestes, la prime d’activité ne touche encore que 64% de ses bénéficiaires potentiels. Cette aide, qui remplace le RSA activité et la prime pour l’emploi, peut apporter un complément de revenus non négligeable : en moyenne 163 euros par mois en juin 2024. Si vous êtes salarié, indépendant, étudiant salarié ou apprenti, et que vos revenus ne dépassent pas un certain plafond (par exemple 1 500 euros net par mois pour une personne seule), n’hésitez pas à faire une demande. C’est simple, rapide et peut vous aider à mieux vivre.

Conditions d’éligibilité à la prime d’activité

La prime d’activité est accessible aux travailleurs salariés ou indépendants, aux étudiants salariés et aux apprentis, sous certaines conditions :

  • Avoir 18 ans ou plus
  • Résider en France de manière régulière
  • Respecter un plafond de ressources : par exemple, 1 500 euros net par mois pour une personne seule locataire (sans aide au logement)
  • Pour les travailleurs indépendants : chiffre d’affaires annuel inférieur à 82 200 euros (commerçants) ou 32 900 euros (professions libérales, artisans)
  • Pour les étudiants salariés et apprentis : percevoir un salaire minimum d’environ 900 euros net par mois pendant au moins trois mois
A lire aussi :  Livret A : combien rapporterait 20 000€ placé en 2024 ?

Un simulateur est disponible en ligne pour vérifier votre éligibilité

Allocation de soutien familial (ASF)

L’Allocation de soutien familial (ASF) est une aide méconnue mais précieuse pour les parents isolés qui élèvent seuls leurs enfants. D’un montant de 109,65€ par mois et par enfant, elle peut également être versée aux couples ayant recueilli un orphelin.

Contrairement à d’autres aides sociales, l’ASF n’est soumise à aucune condition de ressources. Elle est attribuée dès lors que l’autre parent ne participe plus à l’entretien de l’enfant depuis au moins un mois ou que la pension alimentaire qu’il verse est inférieure au montant de l’ASF (dans ce cas, l’ASF vient compléter la pension alimentaire pour atteindre le minimum garanti).

Pour bénéficier de l’ASF, il suffit de résider en France pendant plus de six mois par an et de faire une demande auprès de votre Caf ou de votre caisse de mutualité sociale agricole (MSA). Un formulaire est à remplir et des pièces justificatives doivent être fournies.

A noter que le projet de loi de finances 2018 prévoit une augmentation du montant de l’ASF à 115,65€ par mois et par enfant.

Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa)

L’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) est une aide méconnue mais précieuse pour les retraités aux revenus modestes. En 2018, elle concernait encore 400 000 personnes qui n’y avaient pas droit. Pourtant, elle peut apporter un complément de revenus non négligeable : jusqu’à 803,20 euros par mois pour une personne seule et 1 246,97 euros par mois pour un couple.

A lire aussi :  Vinted dévoile son classement des marques les plus à la mode, voici le top 3

Conditions d’éligibilité:

  • Avoir 65 ans ou plus (ou moins dans certains cas particuliers)
  • Résider en France de manière régulière
  • Ne pas dépasser un certain plafond de ressources

Comment en faire la demande ?

La demande d’Aspa se fait auprès de votre caisse de retraite (Carsat, MSA…). Un formulaire est à remplir et des pièces justificatives doivent être fournies

Grâce à ces aides, vivre décemment malgré des difficultés financières devient possible. Une meilleure connaissance des droits sociétaux et des aides disponibles permet de garantir une prise en charge adaptée aux besoins spécifiques de chacun.

Pour conclure, n’oubliez pas de vérifier régulièrement votre éligibilité à différents types d’aides, car même si elles sont méconnues, elles peuvent réellement faire une différence notable dans votre quotidien.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *