Ce métier rapporte 2000€ net par mois et ne demande qu’un CAP, pourtant personne ne veut le faire

L’emploi de technicien conseiller, également connu sous le nom de « technicien applicateur hygiéniste » ou plus communément « dératiseur », représente une opportunité professionnelle peu connue mais très lucrative. Malgré sa mauvaise réputation, ce métier offre un salaire attractif pour ceux disposant d’un simple Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP), et continue de recruter activement à travers la France.

Une opportunité professionnelle insoupçonnée

Un secteur en pleine expansion

Le marché de la lutte contre les nuisibles est en plein essor. Avec un secteur en croissance constante, il y a une forte demande de professionnels capables de gérer efficacement les problèmes liés aux infestations d’insectes et de rongeurs. Pourtant, malgré les nombreux postes disponibles, le recrutement reste difficile en raison de l’image négative associée au métier de dératiseur.

Une formation accessible et rapide

Pour devenir technicien conseiller, une formation spécifique est nécessaire, indépendamment du niveau initial d’éducation des candidats. Tous les futurs dératiseurs doivent suivre une formation certifiée, appelée Cours de Certibiocide Nuisance, d’une durée de trois jours. Cette certification est obligatoire et vise à garantir que les professionnels sont bien formés avant d’entrer sur le terrain.

Les avantages d’un métier mal compris

Un bon salaire pour un diplôme minimal

En dépit de la perception souvent négative, le métier de technicien conseiller offre plusieurs avantages tangibles. L’un des plus notables est le salaire, qui peut atteindre environ 2 000 euros par mois. Pour un emploi nécessitant seulement un CAP, c’est une rémunération considérable qui attire de plus en plus d’attention.

A lire aussi :  “Je suis payé 6 600€ par mois…” Cet établissement public paye très bien, mais la plupart des gens l’ignorent

Disponibilités dans toute la France

Une autre force majeure de cette profession réside dans son accessibilité géographique. Les besoins en techniciens conseillers existent sur tout le territoire français, permettant ainsi aux candidats de trouver facilement un poste près de chez eux, sans avoir besoin de déménager dans des zones spécifiques.

Les efforts pour améliorer l’image de la profession

Initiatives de rebranding

Les organisations professionnelles tentent de changer la perception du public envers le métier. Le terme « dératiseur » est progressivement remplacé par le titre « technicien conseiller« . Stéphane Bras, porte-parole du CS3D (qui regroupe 250 entreprises membres représentant 80% des acteurs du secteur), explique que ce changement a pour but de valoriser davantage les compétences techniques et le rôle-conseil des professionnels de ce domaine.

Médiatisation et campagnes de sensibilisation

Des efforts soutenus sont réalisés pour promouvoir ce métier auprès du grand public, ainsi qu’auprès des jeunes diplômés cherchant des carrières stables et bien rémunérées. Ces initiatives comprennent des campagnes médiatiques, des salons de l’emploi, et des partenariats avec des établissements éducatifs pour attirer de nouveaux talents vers ce secteur indispensable.

Le métier de technicien conseiller, ou technicien applicateur hygiéniste, représente une opportunité viable et attractive pour ceux disposant d’un CAP. Bien que souffrant encore d’une certaine stigmatisation, ce rôle essentiel offre un salaire compétitif, une formation courte et accessible, ainsi que des postes disponibles partout en France. Grâce aux efforts constants de rebranding et de promotion par les organisations professionnelles, ce secteur pourrait prochainement perdre son image négative persistante et attirer enfin les talents qu’il mérite.

A lire aussi :  Voici les 16 métiers les moins bien payés en France

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *