Ce métier rapporte 2000€ net par mois et ne demande qu’un CAP, pourtant personne ne veut le faire

Dans un marché du travail souvent impitoyable pour ceux qui ne possèdent pas de diplômes universitaires, il existe pourtant une profession peu valorisée mais permettant de gagner jusqu’à 2 000 euros par mois avec un simple Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP). Nous parlons ici du technicien applicateur hygiéniste, communément appelé dératiseur, un métier en forte demande à travers toute la France. Cet article explore les avantages et opportunités offerts par ce métier souvent mal compris.

Un salaire attractif sans diplômes élevés

Revenu mensuel compétitif

Malgré sa mauvaise image, le métier de technicien applicateur hygiéniste propose un salaire relativement élevé comparé au niveau des diplômes requis. Avec près de 2 048 euros par mois, cette rémunération est plutôt rare pour des professions accessibles via un CAP. Cette caractéristique attire de nombreux candidats cherchant une alternative aux métiers nécessitant des qualifications académiques plus poussées.

Opportunité partout en France

Ce secteur recrute à grande échelle dans tout l’Hexagone. En effet, la problématique des nuisibles n’est pas confinée à une région spécifique, ce qui garantit des offres d’emploi dispersées sur tout le territoire français. Les entreprises anciennement concentrées peinent souvent à trouver des candidats qualifiés prêts à braver les préjugés entourant cette profession.

Formation et certification : un passage obligé

A lire aussi :  Ce métier payé jusqu’à 4900€ par mois, mais que personne ne veut faire recherche partout en France

La certification Certibiocide Nuisances

Afin de se lancer dans cette carrière, chaque candidat doit obtenir une certification essentielle : le Certibiocide Nuisances. Ce programme de formation obligatoire de trois jours vise à former les futurs professionnels aux bonnes pratiques de lutte contre les nuisibles, garantissant ainsi leur efficacité et sécurité au travail.

L’importance de la formation initiale

Bien que le CAP constitue la porte d’entrée à la profession, il est impératif de suivre cette formation complémentaire pour comprendre les aspects techniques et sanitaires spécifiques à ce métier. Cette formation permet également aux recruteurs de s’assurer que leurs employés sont bien préparés pour gérer les défis quotidiens qu’ils rencontreront sur le terrain.

Un métier souffrant d’une image négative

Préjugés et réalités

Le métier de dératiseur souffre depuis longtemps d’une image négative, souvent perçu comme ingrat ou peu noble. Toutefois, les efforts des organismes de promotion du secteur, tels que le CS3D, visent à changer cette perception en mettant en avant les aspects techniques et la contribution sanitaire de cette profession vitale.

Valorisation et évolution du poste

Pour contrer ces stigmates, on observe une tendance à rebaptiser ce rôle sous un intitulé plus valorisant : « technicien conseiller« . Cette nouvelle dénomination cherche à souligner non seulement l’expertise technique exigée, mais aussi l’aspect consultatif et éducatif auprès des clients, repositionnant ainsi le métier dans une lumière plus positive.

A lire aussi :  Ce métier rapporte 2000€ net par mois et ne demande qu’un CAP, pourtant personne ne veut le faire

Avantages et perspectives du métier

Stabilité de l’emploi

Avec la montée constante des préoccupations sanitaires liées aux nuisibles, ce secteur continue de croître, assurant une stabilité d’emploi pour les professionnels formés dans ce domaine. Cela représente un atout majeur, surtout dans une économie fluctuante où l’incertitude professionnelle règne généralement.

  • Salaire attractif malgré un faible niveau de diplôme
  • Offres d’emploi dispersées sur tout le territoire français
  • Formation et certification accessibles et courtes
  • Évolution possible vers des rôles de conseil et gestion

Possibilités d’évolution

Grâce aux compétences acquises et à l’expérience accumulée, plusieurs techniciens peuvent évoluer vers des postes de supervision ou de gestion d’équipe, voire même ouvrir leur propre entreprise dans le secteur. Cette évolution offre une perspective de carrière enrichissante et relativement rapide pour les travailleurs motivés.

Conclusion : une vocation indispensable à redécouvrir

Si le métier de technicien applicateur hygiéniste est encore largement victime de stéréotypes défavorables, il présente néanmoins des avantages indéniables en termes de rémunération et d’opportunités géographiques. À travers des formations complémentaires telles que le Certibiocide Nuisances et une valorisation progressive de la profession, ce secteur offre des voies dynamiques et prometteuses à tous ceux qui cherchent une carrière stable et bien rémunérée sans nécessiter de hautes études. Il est grand temps de reconsidérer ce rôle essentiel dans notre société moderne.

A lire aussi :  “Je suis payé 6 600€ par mois…” Cet établissement public paye très bien, mais la plupart des gens l’ignorent

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *