Ebola inquiète aux Etats-Unis

Après la contamination d’un aide soignant dans un hôpital à Dallas, les contrôles aux aéroports vont commencer samedi pour les passagers en provenance d’Afrique de l’Ouest aux Etats-Unis.

 

4857967

 

Thomas Eric Duncan était le premier patient atteint du virus Ebola diagnostiqué sur le sol américain. Il s’était rendu à Dallas le 20 septembre dernier pour épouser sa petite amie, sans présenter de symptômes de la maladie. Ce n’est que quatre jours plus tard que les premiers signes ont commencé à apparaître et qu’il avait été hospitalisé. Il y est mort le 8 octobre.

La présidente du Syndicat national des infirmiers, RoseAnn DeMoro avait alors déclaré sur Fox News « Les hôpitaux des Etats-Unis ne sont pas prêts pour faire face au virus Ebola. » Des paroles tristement prophétiques, comme un soignant de l’hôpital a contracté le virus – il s’agit de la première contamination sur le sol américain.

Le patient, admis dimanche, a demandé une confidentialité sur son identité. Il se trouve se dans un état stable. La direction de l’hôpital a confié être très inquiète car le membre du personnel soignant portait les équipements de protection recommandés. Toutes les procédures de sécurité n’ont peut-être pas été respectées.

L’hôpital a fermé son service des urgences jusqu’à nouvel ordre à cause de ses effectifs limités. Les autorités sont en train de lister les personnes qui on été en contact avec le malade. Il s’agit du deuxième cas de contamination hors d’Afrique, après une aide-soignante espagnole qui a contracté le virus à Madrid.

Thomas Frieden, directeur du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), à Atlanta rappelle que la vraie urgence n’est pas la risque pour les pays occidentaux, mais bien l’épidémie qui sévit en Afrique : « Le risque zéro n’existe pas, tant que l’épidémie n’est pas enrayée en Afrique de l’Ouest. Tout ce que nous pouvons faire est de réduire ce risque. »

Laisser un commentaire

*