Takata : près de 34 millions de véhicules rappelés pour cause d’airbags défectueux aux Etats-Unis

Takata : près de 34 millions de véhicules rappelés pour cause d’airbags défectueux aux Etats-Unis

Le fabricant japonais d’airbags Takata a officiellement déclaré qu’environ 34 millions de véhicules en circulation aux Etats-Unis étaient défectueux, notamment à cause d’un problème d’airbags. Une annonce qui déclenche le rappel le plus important de l’histoire Outre-Atlantique.

Le marché du véhicule prend un sérieux coup aux Etats-Unis, après l’annonce de rappel des véhicules équipés d’airbags défectueux du japonais Takata. Au total, plus de 34 millions de véhicules sont concernés, selon l’annonce, ce mardi 19 mai, du secrétaire aux transports américain, Anthony Foxx.

Et les drames n’ont pas pu être évités, puisque les coussins de sécurité seraient mis en cause dans cinq décès au minimum, et à l’origine de nombreux blessés, a affirmé M.Foxx. Un rappel de 17 millions de véhicules équipés par Takata a ainsi été lancé, s’ajoutant ainsi aux 17 millions précédents.

Depuis 2008, le nombre de véhicules rappelés depuis 2008 à cause d‘un éventuel défaut d’airbag était déjà d’environ 33 millions avant la décision de ce mardi, et tous ces équipements de sécurité provenant des usines de Takata. Le Japonais, numéro deux mondial du secteur, est spécialisé dans la sécurité automobile depuis les années 1950, il fabrique notamment des ceintures, sièges pour et enfants et malheureusement, des airbags. Ses clients sont des mastodontes aux Etats-Unis : BMW, Ford ou encore Chrysler.

Série noire

Ces derniers jours, les constructeurs nippons Toyota, Nissan et Honda avaient déjà rappelé plusieurs millions de véhicules équipés d’airbags à cause d’un potentiel défaut de fabrication. Selon eux, les airbags mis au point par Tanaka étaient mal scellés, ce qui aurait pu à terme provoquer l’apparition de moisissure dans les réservoir et endommager les gaz propulseurs, les airbags se seraient déclenchés avec trop de violence en cas de collision et auraient projeté par la même occasion des éclats de métal.

Un rappel de cette ampleur devrait représenter une perte estimée entre quatre et cinq milliards de dollars (3,6 à 4,5 milliards d’euros) pour Takata et pour les constructeurs concernés, analyse Scott Upham, président du cabinet Valient Market Research.

Akshay Anand, analyste chez Kelley Blue Book, pense que l’équipementier nippon « semble enfin prendre la mesure de la crise des airbags », soulignant qu’une telle opération de rappel est « sans précédent, tous secteurs confondus ».

Laisser un commentaire

*