La loi hongkongaise, dernière faille majeure menaçant la survie des éléphants

La loi hongkongaise, dernière faille majeure menaçant la survie des éléphants

Resté en partie autorisé, le commerce d’ivoire sur l’île de Hong Kong menace dangereusement la survie des éléphants, a prévenu ce jeudi 16 juillet une ONG spécialisée dans la défense des pachydermes, précisant que des dizaines de milliers de bijoux ou figurines étaient toujours sur le marché.

Selon l’ONG Save The Elephants, Hong Kong a laissé une marge de manœuvre trop grande aux trafiquants d’ivoire, qui contournent toujours la loi interdisant la vente d’objets en ivoire non-issus des stocks officiels constitués exclusivement pour le marché insulaire avant l’interdiction de 1990.

Le dernier rapport diffusé ce jeudi par l’ONG à Nairobi, capitale du Kenya, des défenses d’éléphant récemment braconnées seraient actuellement en vente sous une fausse appellation d’ivoire ancienne, et plus de 90% d’entre elles seraient à destination du marché chinois continental.

Des efforts mis à sac

La loi pratiquée à Hong Kong reste une « réelle faille » qui met à sac tous les efforts internationaux visant à arrêter le massacre des éléphants d’Afrique, proches de l’extinction, indique Save The Elephants dans son rapport.

A Hong Kong, le rapport recense 30.800 objets en ivoire à la vente dans 72 magasins, des bijoux et figurines pour la plupart. Il n’y a actuellement aucune autre ville au monde qui dispose d’un stock aussi conséquent.

Laisser un commentaire

*