Selon les experts, le FBI n’a pas besoin d’Apple pour débloquer un iPhone

Selon les experts, le FBI n’a pas besoin d’Apple pour débloquer un iPhone

 Pour Edward Snwoden, la thèse selon laquelle le FBI ne peut pas débloquer un iPhone pour accéder à son contenu n’est pas valable.

Du « bullshit », pour Edward Snowden. Selon lui, la récente affaire qui oppose le FBI à Apple à propos de la confidentialité des données est un non-sujet. La police américaine serait parfaitement en mesure de décrypter un iPhone dans le cadre de l’enquête sur la tuerie de San Bernardino sans avoir recours à l’appui d’Apple, qui refuse publiquement de dévoiler quelque donnée que ce soit, même dans le cadre d’une affaire criminelle, au nom de la défense de la vie privée des consommateurs.

De nombreux experts partagent l’avis de Snowden. Le FBI serait, en effet, capable d’accéder au contenu d’un iPhone sans perdre aucune donnée. Rappelons que les smartphones de la marque à la pomme disposent d’un effacement automatique en cas de tentative supposée de forçage (lorsqu’un code d’accès est tapé un trop grand nombre de fois par exemple).

Il serait possible d’enregistrer une image de la puce avant de lancer un programme de décryptage avancée chargé de taper tous les codes possibles jusqu’à l’épuisement des alternatives. Mais cette solution demande beaucoup de temps.

Selon des associations américaines de défense des libertés, la communication du FBI est claire : faire « monter la sauce » publiquement pour qu’une solution légale et pérenne soit à sa disposition, car le problème du chiffrage ne concerne pas qu’un seul iPhone, mais au moins une douzaine, sans compter le nombre de fois où ce cas va se représenter.

L’affaire est entre les mains de la justice américaine, qui va bientôt trancher, l’ensemble des acteurs du high-tech font de leur côté blocs.

Laisser un commentaire

*