Facebook envisage des restrictions sur les vidéos en direct après les attentats en Nouvelle-Zélande

Facebook envisage des restrictions sur les vidéos en direct après les attentats en Nouvelle-Zélande

Facebook a promis d’étudier les possibilités de restriction à la diffusion de vidéos en direct, deux semaines après l’utilisation d’un tel service lors d’une attaque à l’arme à feu contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande.

La chef de l’exploitation, Sheryl Sandberg, a déclaré que le géant des médias sociaux était d’accord avec l’appel à “en faire plus”.

Cinquante personnes ont été tuées lors de la fusillade à Christchurch, et la vidéo originale de l’attaque a été visionnée près de 4 000 fois avant d’être retirée.

Dans le même temps, la Nouvelle-Zélande examinera des lois jugées “inadéquates” au sujet des discours incitant à la haine.

Le ministre de la Justice, Andrew Little, a déclaré que les lois actuelles ne traitaient pas “des choses perverses et odieuses que nous voyons en ligne” et que le gouvernement et la Commission des droits de l’homme travailleraient à présenter des propositions d’ici la fin de l’année.

Plus de 20 000 personnes ont assisté à une cérémonie commémorative à Christchurch ce vendredi 29 mars en l’honneur des 50 victimes de la fusillade du 15 mars.

Sur les dizaines de blessés, 21 personnes sont encore à l’hôpital, dont trois en soins intensifs.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.