Élections en Finlande : les pourparlers de coalition difficiles après un scrutin divisé

Élections en Finlande : les pourparlers de coalition difficiles après un scrutin divisé

Le parti social-démocrate a remporté une victoire serrée aux élections législatives en Finlande avec 17,7% des voix.

Mais le parti d’extrême droite finlandais était tout proche, avec 17,5%, tandis que le parti du centre du Premier ministre sortant Juha Sipila a vu son soutien s’effondrer d’un tiers, à 13,8%.

“Pour la première fois depuis 1999, nous sommes le plus grand parti en Finlande”, a déclaré le dirigeant du SDP, Antti Rinne.

Mais avec la division du vote et l’absence de parti gagnant par une marge nette, il peut être difficile de constituer une coalition viable.

Les Verts et l’Alliance de gauche ont également augmenté obtenu des scores plus importants qu’à l’accoutumée dans les suffrages.

C’est la première fois depuis plus d’un siècle qu’aucun parti n’a remporté plus de 20% des suffrages.

Le taux de participation était de 72%.

Les sociaux-démocrates ont remporté 40 sièges sur 200 au Parlement.

Lors des dernières élections de 2015, le parti finlandais a remporté 38 sièges, mais les députés se sont séparés après les élections de 2017.

Pourquoi les Finlandais votaient ?

Le mois dernier, le gouvernement de M. Sipila a démissionné parce qu’il était incapable d’atteindre un objectif politique clé en matière de réforme de l’aide sociale et de la santé. Le gouvernement regroupait une coalition de centre droit depuis 2015.

Préoccupé par le coût élevé du système de protection sociale finlandais face au vieillissement de la population, M. Sipila a fait du traitement de la dette nationale l’un des principaux objectifs de son gouvernement, en introduisant des réformes de la planification qui, espérait-il, permettraient d’économiser jusqu’à 3 milliards d’euros.

Toutefois, bien que l’introduction de mesures d’austérité – telles que la réduction des prestations et le gel des retraites – ait amené la Finlande à réduire sa dette publique pour la première fois en dix ans, les réformes se sont révélées politiquement controversées.

Entre-temps, le parti social-démocrate, parti de centre-gauche étroitement lié aux syndicats finlandais, a vu sa popularité grandir.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.