Budget UE : Londres refuse de payer

Après l’Italie, le Royaume-Uni. La commission européenne est source de tensions avec les gouvernements nationaux ces temps-ci. Le Premier ministre britannique David Cameron refuse de payer la somme 2,1 milliards d’euros de rallonge réclamée par la Commission européenne pour sa contribution au budget 2014.

 

davidCameron_1394246c

 

« Lorsque vous écoutez une partie de la Commission européenne, c’est toujours le même discours : ‘le résultat de cette facture c’est un ajustement technique, tout le monde doit payer, non ?’ (…). On ne peut pas adhérer à une organisation qui nous présente soudain une facture de 2 milliards d’euros avec trois semaines de préavis. Ce n’est pas un comportement acceptable. »

David Cameron, a exigé une réunion d’urgence des ministres européens des finances sur ce sujet, après s’être dit « très en colère » dans un conférence de presse. Le Parti conservateur, à la tête du Royaume Uni se trouve sous pression des europhobes de UKIP, qui ont fait un score très élevé aux dernière européennes. Mais cela n’explique pas tout. Au Royaume Uni toute la classe politique s’est opposé avec virulence à cette résolution.

Cette hausse inopinée découle d’une proposition de budget rectificatif, adoptée mi-octobre par la Commission. Au terme de celle-ci, la révision des chiffres du PIB en Europe est mise en oeuvre. Des activités comme le trafic de drogue et la prostitution entrent dans le calcul, et les lignes ont considérablement bougé pour le Royaume Uni.

Aux Pays-bas, le premier ministre néerlandais a déclaré qu’il contestait la facture totalement inattendue de Bruxelles – les premiers chiffres évoqués font état d’une augmentation de 300 millions d’euros. Leur ministre des Finances et patron de la zone euro, Jeroen Dijsselbloem, est monté au front vendredi, qualifiant cette nouvelle de «désagréable surprise».

 

Laisser un commentaire

*