Brigitte Bardot part en campagne pour empêcher les morts de 250 000 animaux au Népal

Dans une lettre ouverte diffusée ce lundi, Brigitte Bardot demande au président du Népal d’interdire le plus grand sacrifice collectif d’animaux au monde, prévu pour le fête indoue de Gadhimai.

 

gadhimai

 

Brigitte Bardot s’insurge une nouvelle fois contre la fête de Gadhimai. Dans une lettre ouverte, la célèbre actrice française, tête de file de la lutte pour la protection des animaux, a demandé au président népalais, Baran Yadav, d’interdire « le plus grand sacrifice collectif d’animaux au monde. » Il est prévu dans deux semaines dans le sud du pays himalayen.

Un temple népalais doit accueillir ce qui est considéré comme le plus grand rituel de sacrifice d’animaux au monde en l’honneur d’une déesse hindoue représentant le pouvoir, Gadhimai. Le festival de Gadhimai, qui se tient tous les cinq ans, attire des milliers de fidèles. Les sacrifices visent à «chasser le diable». En 2009, plus de 250 000 bêtes (buffles, cochons, chèvres…) avaient ainsi été sacrifiées en deux jours.

« J’ai du mal à croire que la déesse Gadhimai se réjouisse du sacrifice de créatures innocentes et qu’elle récompense par la prospérité une violence aussi cruelle », argue l’ancienne actrice. Ces pratiques donnent au contraire « une image extrêmement négative de votre pays et de son évolution », affirme-t-elle. En 2009, Maneka Gandhi, femme politique indienne et défenseur des droits des animaux, avait rejoint Brigitte Bardot dans son combat.

L’ancienne actrice avait alors envoyé une lettre similaire au chef de l’État népalais, mais ce courrier était resté sans réponse. Selon les autorités népalaises, le sacrifice rituel des animaux est une tradition religieuse vieille de plusieurs siècles qui doit se perpétuer.

 

Laisser un commentaire

*