Frelon asiatique : une perte de diversité génétique devrait freiner son expansion

Frelon asiatique : une perte de diversité génétique devrait freiner son expansion

L’expansion du frelon asiatique en Europe devrait prochainement se ralentir en raison de colonies comptant beaucoup de mâles et trop peu d’ouvrières, affirment des chercheurs de l’institut de recherche sur la biologie de l’insecte (IRBI) de l’université François Rabelais de Tours/CNRS).

A l’origine de cette carence en ouvrières, une arrivée ratée du frelon asiatique en Europe vers 2004. L’espèce aurait en effet oublié d’emmener suffisamment de reine dans ses bagages, ce qui a provoqué sur le long terme un « problème de dépression de consanguinité », précisent les chercheurs tourangeaux.

Ces derniers seraient arrivés à cette analyse en observant de nombreuses colonies de frelons capturées entre 2012 et 2014. Ils expliquent que le frelon asiatique passe par deux stades au cours de l’année, du printemps jusqu’à la mi-août, ce sont des ouvrières qui naissent généralement dans le nid, elles contribuent d’ailleurs très vite à leur agrandissement, et depuis la mi-août jusqu’à décembre, apparaissent des reproducteurs, (mâles et futures reines). Un schéma que l’on retrouve d’ailleurs chez les espèces de guêpes et frelons venus d’Europe

Cependant, un dérèglement a eu lieu, les chercheurs tourangeaux ont observé que 68 % des colonies analysées produisaient des mâles lors de la première période » en lieu et place des ouvrières. Selon eux, ce phénomène serait lié une perte de diversité génétique (consanguinité).

Un trop-plein de mâles

Les mâles ne participant à l’expansion du nid, la carence en ouvrières devrait considérablement ralentir la croissance des colonies, et vraisemblablement limiter l’invasion du frelon asiatique à terme en Europe.

L’introduction du frelon asiatique représente un véritable fléau pour la biodiversité en Europe, celui-ci s’attaquant notamment aux abeilles, une espèce essentielle à de nombreux écosystèmes.

Laisser un commentaire

*