Obama reste ferme au sujet du départ d’Assad

Obama reste ferme au sujet du départ d’Assad

A l’occasion de son déplacement à Manille (Philippines) pour un forum économique, le président américain Barack Obama a déclaré ce jeudi que la fin de la guerre civile en Syrie passerait obligatoirement par un changement du paysage politique dans le pays, sans Bachar al-Assad.

Le leader américain écarte de cette façon les recommandations de certains dirigeants du Proche-Orient qui estiment que l’actuel président syrien pourrait contribuer à de prochaines sélections. Mais pour Obama, il n’y aura pas d’issue à la guerre civile avec Assad au pouvoir.

Des déclarations qui interviennent quelques jours seulement après la rencontre entre le président américain et son homologue russe, Vladimir Poutine, principal soutien du régime d’Assad. Vendredi dernier, le président russe réaffirmait d’ailleurs son soutien au régime, déclarant que l’attitude de certains dirigeants à l’égard d’Assad était indigne et irrespectueuse vis-à-vis d’une autorité légitime.

Le sort du régime d’Assad reste au cœur des discordes entre les principaux intervenants en Syrie, bien que de multiples élans de solidarité entre chefs d’Etat aient été aperçus depuis le crash de l’avion russe dans le Sinaï, et les attentats de Paris.

La Russie, un partenaire « constructif »

Barack Obama a estimé mercredi que la Russie avait été un « partenaire constructif » dans la transition politique à créer en Syrie lors des récents pourparlers qui se sont tenus à Vienne, en Autriche. Mais Moscou chercherait toujours à maintenir Assad au pouvoir, a précisé le patron de la Maison Blanche.

« Les Syriens ne l’accepteront pas »

Pour lui, il n’y a aucune chance que les Syriens acceptent qu’Assad reste au pouvoir, en raison d’une guerre civile qui fait plus de 250 000 morts, dont beaucoup ont été engendrées par les des excès de son régime.

Laisser un commentaire

*