Les avoirs d’opposants tchadiens et congolais gelés par Bercy

Les avoirs d’opposants tchadiens et congolais gelés par Bercy

Le 18 janvier dernier, le ministère français de l’Économie et des Finances a procédé au gel, le 18 janvier dernier, des avoir de Mahamat Nouri et Mahamat Mahdi Ali, opposants au chef d’Etat tchadien Idriss Déby Itno, et de Ferdinand Mbaou, qui lutte de son côté contre le numéro un congolais (Brazaville) Denis Sassou Nguesso.

Réfugiés en France

Vivant en France, ces trois opposant ont ainsi leurs avoirs bloqués pour une durée de six mois, une initiative mise sur pied en toute discrétion par les autorités françaises, qui s’appuient sur l’article L562-1 du code monétaire et financier.

Mahamat Nouri, 69 ans, ancien ministre tchadien, a mené à partir de 2006 l’Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD), une rébellion armée au Tchad, avant de connaître l’exil vers la France en 2010, tandis que Mahamat Mahdi Ali, 47 ans, est responsable du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact), qui disposerait de troupes dans le sud de la Libye.

Ferdinand Mbaou est quant à lui arrivé en France en 1997, pays où il a trouvé refuge depuis. Il a été un chef de la garde personnelle de Pascal Lissouba, renversé par Denis Sassou Nguesso en 1997. Il avait pour projet de garder des fidèles, mais n’aurait aujourd’hui que très peu d’écho au sein de la communauté congolaise opposante en exil.

Le ministère français de l’Economie et des Finances n’a pour le moment pas adjoint d’explication au gel des avoirs des trois hommes.

Laisser un commentaire

*