Khan Cheikhoun : cinq ans après, la retraite des rebelles syriens

Khan Cheikhoun : cinq ans après, la retraite des rebelles syriens

Les forces de l’opposition syrienne se sont retirées de la ville stratégique de Khan Cheikhoun, au fond de la dernière province aux mains des rebelles.

Les forces gouvernementales, soutenues par la Russie, ont fermé la ville ces dernières semaines, cinq ans après l’arrivée des rebelles.

Les rebelles ont déclaré aux médias que des combattants avaient quitté la ville mardi.

Cependant, une déclaration officielle du principal groupe djihadiste de la province d’Idlib, Hayat Tahrir al-Sham (HTS), fait état d’un “redéploiement” de forces.

Le sort de la ville semblait être en mutation mardi, alors que le groupe de surveillance basé au Royaume-Uni, l’Observatoire syrien des droits de l’homme, a annoncé qu’elle était tombée aux mains des forces gouvernementales.

Mais ensuite, HTS a publié une déclaration dans laquelle il déclarait avoir redéployé ses combattants dans la ville après avoir subi un bombardement majeur.

Khan Cheikhoun est depuis longtemps un point fort de la guerre civile en Syrie.

C’était le site d’une attaque d’armes chimiques en 2017, que des experts de l’ONU ont imputée à la Syrie. L’incident a provoqué des frappes militaires par les États-Unis.

Le conflit en Syrie dure depuis plus de huit ans.

Khan Cheikhoun est un champ de bataille d’importance stratégique dans la province d’Idlib. Il se situe le long de la route Damas-Alep, qui relie les deux plus grandes villes et traverse un territoire contrôlé par les rebelles.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.